“Questionner les images en Méditerranée orientale”

Séminaire de recherche et de méthodologie d’IMASUD et du Pôle Images/Sons de la MMSH

« Questionner les images en Méditerranée(2) »

Croisements culturels et religieux en Méditerranée orientale

En collaboration avec l’IFPO et l’USJ Université Saint Joseph, Beyrouth,

28-29 Mai 2010

La Méditerranée regroupe une très grande variété d’héritages historiques et combine des rapports de force d’envergure très différente, depuis les conflits locaux jusqu’aux rivalités planétaires. L’objectif de notre séminaire est de questionner les phénomènes de croisements culturels et religieux qui font à  la fois l’objet de pratiques religieuses partagées et de logiques de patrimonialisation. Dès lors, il s’agit d’observer ces deux processus pour préciser dans quelle mesure chacun contribue à la production mémorielle commune et la construction d’une ou des identités. Les dynamiques de l’histoire favorisent le développement de processus de patrimonialisation comme l’émergence de sanctuaires partagés.

A partir des questionnements spécifiques à l’ANR IMASUD, l’objectif de ce séminaire sera de débattre autour de deux axes et  à partir de corpus iconographique ou filmique. Ces documents feront l’objet d’un bref exposé méthodologique relatif aux recherches menées.

1  Les pèlerinages partagés et les cultes croisés

L’attention sera portée sur des situations de contact dans lesquelles des lieux de pèlerinages et des figures de la sainteté mettent en communication des religions différentes dans les rives méridionales et orientales de la Méditerranée. Contrairement aux idées reçues concernant l’étanchéité des monothéismes en Méditerranée, des formes de porosité semblent se profiler là où il y a une situation composite du point de vue des appartenances religieuses. Les lieux et les figures qui président à ces formes de cohabitation entre chrétiens, juifs et musulmans apparaissent dotés d’une ambivalence qui est aussi pourvoyeuse de marges de manouvre pour l’inventivité des pratiques religieuses. La cohabitation interreligieuse n’est cependant jamais entièrement dissociée d’éléments potentiellement conflictuels. La tolérance n’exclut pas des éléments d’antagonisme, et le partage s’imbrique avec la compétition. Le séminaire se propose d’approfondir les connaissances sur les pèlerinages partagés en concentrant l’attention sur le Proche-Orient, où ces phénomènes ont une diffusion importante et méritent une attention particulière.

2. Usage du passé et processus de patrimonialisation

Notre réflexion, dans une optique interdisciplinaire, s’inscrit dans le débat sur les logiques relatives aux processus de patrimonialisation.  A rebours d’une conception commune du lieu patrimonial comme réceptacle d’une identité figée sur l’énonciation de son passé, nous voulons porter attention au caractère éminemment construit et processuel de l’acte qui, depuis la remémoration du passé historique, conduit à l’identification du « lieu mémoire », mais probablement aussi aux potentialités créatrices du lieu lui-même. Le lieu alors devient éminemment créateur, Il autorise l’histoire en la manifestant, et produit ainsi du sens, du lien, du territoire, du consensus, mais aussi du conflit. En analysant des exemples de production patrimoniale en Méditerranée orientale, le séminaire mettra au centre de l’attention l’intervention de différents acteurs aux niveaux local, national et international. La combinaison de ces différentes échelles dans l’institutionnalisation de ce qui fait le patrimoine sera à prendre en compte, de même que les réappropriations par la pratique sociale où se lisent des formes d’identification collective.

Voir le programme ci-dessous (version PDF)

programme seminaire Beyrouth

Pèlerinages votifs partagés au Liban entre chrétiens et musulmans

Nour Farra-Haddad, Université Saint-Joseph de Beyrouth

Les attentes de la recherche

L’objectif du programme de recherche que je développe est de poursuivre un travail sur les pèlerinages votifs partagés au Liban entre chrétiens et musulmans. La recherche vise une meilleure compréhension des démarches votives, du vécu de la foi de chacun, des motivations, des aspirations spirituelles et matérielles des pèlerins, de la conception de la réussite des vœux, des symboles utilisés… L’étude privilégie un comparatisme entre les croyances et les démarches relatives à chaque communauté et à chacun des lieux de culte tout en s’appuyant sur des recherches qui ont été menées dans la région. Des pèlerins de différentes communautés religieuses suivent souvent les mêmes chemins de pèlerinages, mais procèdent vraiment aux mêmes démarches votives et les vivent-ils et les conçoivent-ils de la même manière ?

Premières interventions scientifiques

Parmi les nombreux rituels qui ont été étudiés, celui du port de l’habit des saints pour lequel j’ai été invitée à participer au colloque : ‘Les arts de la couleur en Grèce ancienne … et ailleurs’, à Athènes du 23 au 25 avril 2009, avec le concours de l’Agence Nationale de la Recherche, IMASUD, le centre Camille Jullian, le CNRS-Université de Provence et le Centre de recherche et de restauration des Musées de France. Mon intervention dans le cadre de ce colloque s’intitulait : « S’habiller aux couleurs des saints : démarches votives et culte des saints au Liban ». Associée à l’axe « Lieux de mémoire, imaginaires des lieux en Méditerranée » du programme « Suds » imaginaires, imaginaires des « Suds », j’ai bénéficié d’un financement qui m’a permis de participer aux journées d’études des 11 et 12 juin 2009 du CEIFR à Paris sur la fondation de lieux de culte. Ces journées d’études m’ont particulièrement aidé à approfondir ma réflexion sur les logiques de fondation de lieux de culte chrétiens ou musulmans, leur installation dans la durée, leur déplacement ou leur disparition. Les interventions couvraient un large et riche périmètre (France, Afrique du Nord, Antilles, Proche-Orient, Balkans et Asie du Sud). Malgré la diversité des situations et des contextes, il a été démontré que toute fondation de lieu de culte suit un double processus : construction physique et matérielle d’un monument localisé et daté, et élaboration d’une tradition, d’un récit canonique autour du monument ou du personnage auquel il est dédié.

Des “lieux de culte” dans les maisons des “voyantes”?

En outre, dans le cadre de l’ANR « Suds » imaginaire, imaginaires des « Suds » j’approfondi une réflexion en collaboration avec Emma Aubin Boltanski, anthropologue française également associée à l’ANR, sur les « voyantes » et les « lieux de culte interreligieux» qui se créent dans leur domicile et leur cadre familial. A Damas dans le quartier de Soufanieh, nous avons commencé une enquête sur la « maison de Mirna » (beit Mirna) et à Beyrouth, c’est la maison de Catherine (Beit Catherine), dans le quartier de Nabaa, qui a attiré notre attention.

La maison de Mirna Soufanie-Damas

Damas, maison de Mirna – Crédits N. Farra-Haddad

Fideles devant20l27autel20de20la20maison20de20catherine20nabaa

Beyrouth, maison de Catherine – Crédits N. Farra-Haddad

Dans les deux quartiers populaires de Damas et Beyrouth, un centre de visite pieuse (ziyâra) extrêmement actif s’est créé associant dévots de différentes religions (chrétiens et musulmans) et confessions (grecs orthodoxes ; grecs catholiques ; sunnites ; chiites…). Des rencontres, des prières et des activités quotidiennes et hebdomadaires sont organisées dans ces lieux.

Sur ce terrain nous nous intéresserons au développement de ces maisons en tant que « lieux de culte », aux « événements » et aux rituels qui s’y produisent et à l’intervention d’acteurs très divers : figure sainte, voyant, foules, clercs, journalistes, médecins, Etat et, enfin, fidèles d’autres religions.

Nous portons une attention particulière aux développements des « lieux de culte » dans les maisons des « voyantes » ainsi qu’aux pratiques rituelles et aux discours des fidèles de différentes confessions qui fréquentent ces lieux de culte chrétiens. Comment se déroulent leurs visites pieuses? Comment justifient-ils leurs actions ? Quels sont, pour eux, les statuts et fonctions des objets (statues, images, icônes)? Comment s’organise le lieu de culte ? Quels sont les rituels « partagés »? Quels sont ceux, au contraire, qui sont exclusifs à une communauté ? Comment les autorités religieuses réagissent-ils à ces phénomènes ?