Regarder la guerre

La pensée de midi – numéro 9 ,

Extrait de « Regarder la guerre. Fragments d’Histoire »

Maryline Crivello, Université de Provence – MMSH

Jean-Claude Coutausse, La guerre du Golfe

Deux cents ans de visions différentiées de la guerre construisent aujourd’hui notre regard. Parmi les modes de représentation visuelle des affrontements, l’art pictural puis cinématographique a souvent fait appel à un imaginaire épique et à une mise en scène héroïque. La photographie, conjuguée aux dessins de magazines illustrés jusqu’à la fin de Grande Guerre, et intégrée au monde naissant du journalisme, est devenue technique d’une activité à part entière : le reportage. En effet, les changements techniques, qui transforment les matériaux, les supports, les formats, les processus de fabrication et d’impression, le nombre d’images à disposition d’une société, sont à lier indissociablement à l’histoire des cultures du regard. Se posent alors les questions du statut et des usages de l’image comme celles de leur réception et de leur impact dans la formation des opinions. Peut-on, par exemple, opposer figuration de la guerre à posteriori – ou « imaginaire » de la guerre – et  information visuelle de la guerre -ou restitution d’une « réalité » – ? Comment comparer le regard des visiteurs parisiens qui découvrent en juin 1837 la galerie des Batailles dans Versailles transformé en musée, au notre, assailli chaque jour par les images de la presse écrite et télévisuelle, images des événements à chaud, faisant irruption dans notre intimité ?

Imaginaires des Suds et médias en Méditerranée Publications

TELEVISION ET MEDITERRANEE. Généalogies d’un regard, “Médias en actes”, Ina-L’harmattan, 2008.

Ss dir. , Bernard Cousin et Maryline Crivello sont historiens, spécialistes de l’image et des représentations, à l’Université de Provence. Ils présentent ici un ouvrage collectif, issu d’un colloque qu’ils ont organisé à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, et auquel ont participé une quinzaine d’auteurs : historiens, sociologues et professionnels de l’audiovisuel.

14391    La Méditerranée, au-delà de la vision idéale d’une mer intérieure qui relie les rivages et les civilisations, est avant tout un problème pour les sciences sociales. Dans le bassin méditerranéen où s’affrontent des processus d’intégration et de segmentation, le questionnement concernant le rôle des télévisions reste entier. Comment participent-elles à la construction d’identités nationales, à la diffusion d’héritages ou à la perception de conflits ? Ce livre constitue un essai de premières réponses, à partir de plusieurs pistes de recherche : les héritages mémoriels de l’imaginaire méditerranéen, les constructions institutionnelles de l’espace télévisuel en Europe et dans l’arc méditerranéen, le traitement des conflits et la mise en exergue des documentaires sur les migrations en Méditerranée. Cet ouvrage débute par deux approches générales, l’une sur les temps télévisuels, l’autre sur les représentations méditerranéennes, puis met l’accent sur la construction mémorielle des imaginaires politiques et culturels à partir d’analyses internes de corpus constitués et en liaison avec les outils de l’Inathèque de France. Il offre également quelques entrées sur le monde professionnel dans leur participation à un espace télévisuel de coopération.

Publications de L’INA, Collection “Médias en actes”, http://www.ina-entreprise.com/observatoire-medias/publications/index.html?pdt=1660

LES MEDIAS EN MEDITERRANEE. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales


Ss-dir. Khadija Mohsen-Finan, coll. “Etudes méditerranéennes”, Actes Sud, 2009.

medias-actes-sud3   Depuis les années 1990, la généralisation des télévisions satellitaires et l’avènement d’Internet ont bouleversé le paysage médiatique et contribué à une modification profonde du rapport entre les populations et l’information. Désormais acteurs politiques à part entière, les médias entretiennent des liens à la fois conflictuels et ambigus avec les différents pouvoirs – politique, judiciaire, religieux, financier… – et pèsent directement sur les relations internationales.
Interrogeant l’histoire, multipliant les approches et les exemples – de l’Italie au Liban, de l’analyse de la sociologie du Web au traitement médiatique du conflit israélo-palestinien -, sondant l’évolution des imaginaires politiques et religieux, cet ouvrage se propose de mieux situer la place et le rôle des médias dans les sociétés méditerranéennes, et singulièrement dans les pays arabes.
Loin des amalgames et des raccourcis abusifs, ce livre offre des éléments précieux pour appréhender une réalité nouvelle et complexe.