29-30 Novembre 2010 : Imaginaires des espaces méditerranéens

Deux chercheurs affiliés à IMASUD participeront à une rencontre organisée par Annie Benveniste au POLE MEDITERRANEE de l’Université Paris 8 (CIRCEFT), sur le thème : Imaginaires des espaces méditerranéens.

Les rencontres se proposeront de réfléchir aux espaces méditerranéens imaginés au sens où ils supposent un imaginaire créatif de références et de pratiques mobilisées par des groupes qui se rattachent à la Méditerranée par leur passé ou celui de leurs ascendants. Il ne s’agit pas d’analyser les espaces migratoires en montrant – ce qui a été fait dans beaucoup de publications – comment se transposent des pratiques et se recomposent des représentations de la Méditerranée; mais de partir d’espaces autres, d’hétérotopies dont la fonction est de représenter tout en les inversant et les contestant les espaces sociaux ou institutionnels.

Les hétérotopies, au sens de Michel Foucault – espaces qui renvoient à ceux qui y séjournent l’image d’eux-mêmes comme prise dans le miroir de l’ailleurs; espaces fonctionnant comme microcosmes et comme théâtres – ne peuvent être pensées dans leur rôle d’altérité et de réflexion d’un ailleurs ou d’une origine imaginés que si l’on interroge les rapports mémoriels que les immigrants ou leurs descendants entretiennent avec leur passé méditerranéen. Les récits d’immigration s’organisent, le plus souvent, selon le principe du muthos, terme que Ricœur emprunte à Aristote et qui désigne le processus de mise en intrigue. Le retour au passé repose sur l’organisation de cette mise en intrigue, fondée à la fois sur l’oubli ou le travestissement des faits historiques et sur l’instauration d’un ordre non chronologique. Dans l’analyse que fait Ricœur de la mimesis-muthos d’Aristote, la première, « imitation créatrice », se trouve définie par le second, « agencement des faits en système », où ce qui compte ce n’est pas l’histoire (history) mais l’intrigue (story).

Ce mode de temporalité conçue, non comme une division entre passé, présent et avenir mais à partir d’un présent qui condense les autres dimensions du temps explique que les rapports à l’espace de l’immigration ne soient pas réductibles à une simple reproduction ou permanence du passé. Les espaces imaginés sont construits à partir d’une position dans le présent. Ils sont compatibles avec des modes de spatialités à la fois fragmentées – en lien avec des constructions fragmentées de l’identité – et totalisantes, parce qu’elles juxtaposent une série d’appropriations. Parmi ces dernières, on peut compter un certain nombre de pratiques qui relèvent de la globalisation. Les phénomènes de globalisation ont généralisé et standardisé un certain nombre de productions matérielles ou symboliques – culinaires, musicales ou picturales et souvent associées au religieux. Mais elles ne se déploient que dans des espaces spécifiques, rendus possibles par le repli sur le local, lié à la globalisation.

Université Paris 8 : 2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis Cedex – Salle G-2

Regarder la guerre

La pensée de midi – numéro 9 ,

Extrait de « Regarder la guerre. Fragments d’Histoire »

Maryline Crivello, Université de Provence – MMSH

Jean-Claude Coutausse, La guerre du Golfe

Deux cents ans de visions différentiées de la guerre construisent aujourd’hui notre regard. Parmi les modes de représentation visuelle des affrontements, l’art pictural puis cinématographique a souvent fait appel à un imaginaire épique et à une mise en scène héroïque. La photographie, conjuguée aux dessins de magazines illustrés jusqu’à la fin de Grande Guerre, et intégrée au monde naissant du journalisme, est devenue technique d’une activité à part entière : le reportage. En effet, les changements techniques, qui transforment les matériaux, les supports, les formats, les processus de fabrication et d’impression, le nombre d’images à disposition d’une société, sont à lier indissociablement à l’histoire des cultures du regard. Se posent alors les questions du statut et des usages de l’image comme celles de leur réception et de leur impact dans la formation des opinions. Peut-on, par exemple, opposer figuration de la guerre à posteriori – ou « imaginaire » de la guerre – et  information visuelle de la guerre -ou restitution d’une « réalité » – ? Comment comparer le regard des visiteurs parisiens qui découvrent en juin 1837 la galerie des Batailles dans Versailles transformé en musée, au notre, assailli chaque jour par les images de la presse écrite et télévisuelle, images des événements à chaud, faisant irruption dans notre intimité ?