« Jamaa Lafna. Place publique pour une parole publique ou le territoire du mal-entendu », par Abdelmajid Arrif


Source : Mediamed, Ressources multimedia en sciences humaines sur la Méditerranée.

La place Jamaa Lafna fût décrétée en 2000 « patrimoine oral mondial ». La richesse de la culture orale qui s’y déploie en cercles fut reconnue et défendue par Juan Goytissolo dans un article paru dans le Monde diplomatique.
L’oralité qui s’offre la place Jamaa Lafna comme lieu de performance et de spectacles et s’offre aux touristes, marocains ou étrangers, et aux passionnés de la halqa est par définition fragile, évanescente, se réalisant dans la performance même de l’acte hlayqi et n’existe pas en dehors même du cercle de l’énonciation et de la réception.
Elle puise dans l’exercice quotidien d’une improvisation réglée sur un socle culturel enraciné dont elle varie les motifs, le tissage, les mots… chaque jour au coucher du soleil.
L’oralité patrimonialisée ! Quelle fiction ! Quel malentendu ! La patrimonialisation serait-elle une pollution sacrée qui donne sa bénédiction aux manifestations immatérielles d’une société et en assure par, incantation, la pérennité ? A voir…
Malentendu au centre des interactions qui se déroulent sur la scène de Jamaa Lafna ; malentendu sur la nature de ce patrimoine oral et sur la culture populaire qui lui est associée ; malentendu sur les temporalités dont participe cette oralité.
Malentendu sur le rôle de cette place : Jamaa Lafna, lieu de la clochardiation culturelle aux temps de la mondialisation ? Cours des miracles de la modernité paradoxale et éprouvante du Maroc ? Lieu de spectacle, comme on parle de spectacle de rue en France ? Ou bien lieu privilégié de transmission, consciente ou inconsciente, d’une culture orale menacée d’extinction ? Lieu d’exercice patrimonialisant de quelques lettrés nostalgiques d’un temps révolu où les hlayqia ont nourri leur imaginaire de merveilleux ?
Ou bien Jamaa Lafna serait-il tout cela, agrégeant en mouvement collectif des intentions disjointes, conjoncturelles et individuelles vers cet objectif « noble » : transmettre et perpétuer oralement un patrimoine à dimension universelle ?

Journée d’étude : « Au-delà du consensus patrimonial. Anthropologie des résistances aux patrimonialisations »

Les 4 et 5 novembre 2010, se tiendra à la MMSH (Aix-en-Provence) la première journée d’étude du réseau des chercheurs  sur les patrimonialisations : « Au-delà du consensus patrimonial. Anthropologie des résistances aux patrimonialisations. Anthropologie des résistances aux patrimonialisations« .

Résumé :

Nous assistons à d’importants mouvements de mise en patrimoine portés par des institutions légitimées par le pouvoir politique. Une longue tradition scientifique a mis en avant le caractère « mécanique », institutionnel et consensuel de ces processus de constructions patrimoniales par les professionnels de la conservation, de la sauvegarde et de la médiation culturelle ou de la gestion des espaces naturels, en analysant leurs pratiques, leur vocabulaire et leurs représentations. Mais un mouvement critique récent des Heritage studies élargit l’approche de ce phénomène en se penchant sur les résistances et les oppositions que de tels processus peuvent susciter. L’image consensuelle du patrimoine en tant que richesse singulière et universelle à valoriser, telle que la véhicule l’Unesco en particulier, ne résiste pas toujours à l’examen des situations concrètes des conditions sociales et historiques de sa création. Cette première journée d’étude du réseau des chercheurs sur les patrimonialisations entend participer à ce questionnement renouvelant la question des patrimonialisations.

Programme :

Jeudi 4 novembre 2010

14h00 : Accueil/Introduction

Julien Bondaz, Cyril Isnart et Anaïs Leblon

14h15 : David Berliner – Université Libre de Bruxelles

Fabriquer du patrimoine en l’absence de consensus patrimonial. Un exemple au Laos

15h15 : Isabelle Mauz – Cémagref

La dimension temporelle dans le « charisme » des animaux. Patrimonialisation, dépatrimonialisation et repatrimonialisation du bouquetin des Alpes

16H30 : Julien Bondaz – Créa et Université Lumière Lyon II

Animaux et objets marrons. Résistances à la mise en exposition dans les zoos et les musées d’Afrique de l’Ouest

17h30 : Mise en perspective : Nathalie Heinich – CRAL et Lahic

Vendredi 5 novembre 2010

9h00 : Anaïs Leblon – Cemaf et Université de Provence (Aix-en-Provence)

Résistances pastorales et enjeux patrimoniaux. Les fêtes peules du yaaral et du degal comme « chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » (Mali)

10h00 : Thomas Poméon – UMR Innovation-CIRAD et Université de Chapingo (Mexique)

De l’ordinaire au patrimoine : la qualification des fromages mexicains face à ses contradictions internes et aux résistances externes

11h15 : Olivier Givre – Créa et Université de Lyon II

Fictions et frictions patrimoniales. L’exemple du nestinarstvo (Bulgarie)

12h15 : Conclusion : Gaetano Ciarcia – Lahic, Cerce et Université de Montpellier

L’imaginaire consensuel du patrimoine à l’épreuve des inventaires

Organisation : Network of Researchers on Heritagisations

  • Julien Bondaz, Créa, Université Lyon II (Julien.Bondaz@univ-lyon2.fr)
  • Cyril Isnart, Cidehus, Universidade de Evora et Idemec, CNRS-Université de Provence (isnartc@gmail.com)
  • Anaïs Leblon, Cémaf, Université de Provence (anaisleblon@gmail.com)

Avec la participation et le soutien

  • du Cémaf (UMR 8171 Université Paris 1-CNRS-EPHE-Université de Provence),
  • du Cidehus-Universidade de Evora,
  • du Créa-Université de Lyon 2 (EA 3081),
  • de l’Ecole Doctorale « Espaces, cultures, Sociétés »-Université de Provence, de l’Idemec (UMR 6591, CNRS-Université de Provence),
  • du département du pilotage de la recherche du Ministère de la Culture.