Processus patrimoniaux et réinvention du territoire « Enjeux de patrimoine, enjeux de mémoire dans la vieille ville de Rhodes »

Processus patrimoniaux et réinvention du territoire

« Enjeux de patrimoine, enjeux de mémoire dans la vieille ville de Rhodes »

Pierre Sintès

(Université de Provence – TELEMME)

DOCUMENTS ÉLECTRONIQUES COMPLÉMENTAIRES A SA COMMUNICATION AU COLLOQUE IMASUD DE MARRAKECH

Photographie n°1

Un panneau public dans la vieille de ville de Rhodes. On y note la présence des logos de différentes institutions : l’Unesco qui a classé la vieille ville de Rhodes au patrimoine mondiale depuis 1988, l’organisation des villes membres de la liste de l’héritage mondial, la municipalité de Rhodes, et l’administration de la vieille ville. Ce panneau a pour objectif d’indiquer aux touristes les lieux dignes d’intérêt.

Photographie n°2

Dans la vieille ville, des panneaux indiquent la direction des lieux à visiter pour les touristes. Cette mise en valeur prend en compte les représentations de la vieille ville en conformité avec l’histoire officielle. Ce cas de figure est représentatif qui indique des vestiges byzantins et antiques, périodes sur lesquelles se fonde le discours de légitimité de l’Etat grec moderne.

Photographie n°3

Un groupe de personne se promènent dans les rues de l’ancien quartier juif de la vieille ville. Il s’agit de descendants de membres de cette communauté qui sont à la recherche des traces du passé juif de l’île.

Photographie n°4

Un descendant d’une famille juive de Rhodes né au Congo belge et résident actuellement au Cap (Afrique du Sud), montre une maison ayant appartenu à ses ancêtres.

Photographie n°5

Intérieur de la synagogue Shalom, pivot du dispositif de mémoire de la communauté juive de Rhodes

Photographie n°6 et 7

La commémoration de la mémoire des déportés à Rhodes est le principal moment de visibilité de l’histoire de la communauté dans l’espace public de l’ancien quartier juif.

Photographie n°8

L’enseigne d’un bar de nuit dans la vieille ville, témoin d’un marketing orientalisé à destination des touristes.

Colloque international : La réinvention du « lien » en Méditerranée (Marrakech, 1-3 mars 2011)

Colloque international de l’ANR Imasud

« Suds imaginaires, imaginaires des Suds : héritages, mémoires et patrimoine en Méditerranée »

Marrakech – 1-3 mars 2011

La réinvention du « lien » en Méditerranée

Figures, formes, métamorphoses


Comment questionner la façon dont s’articulent religieux et politique, sous leur double aspect de pratiques individuelles et collectives? Quels sont les dispositifs et les formes de médiation qui ont accompagné  la volonté d’instaurer une réconciliation nationale centrée sur la remémoration des exactions vécues par les victimes ? Sur quels critères idéologiques, politiques, économiques ou touristiques s’opèrent la sélection des « objets » et des « lieux » patrimoniaux communs ? Quels rôles enfin, les médias (télévision, internet) jouent-ils dans les mises en scènes, mise en visibilité ou reconfigurations sociales et culturelles ? Peut-on fabriquer du consensus sans réactiver de nouvelles controverses et susciter des résistances ?

Les communications valoriseront les formes (figures, objets, lieux) sacrées ou profanes, les jeux d’acteurs et les discours, les processus d’exposition.

Programme:

Mardi 1er mars 2011

9h30

Accueil des participants : Mme Widad Tebaa (Doyenne de la faculté des Lettres et de Sciences Humaines de Marrakech – Université Cadi Ayyad)

Présentation de l’ANR et introduction du colloque : Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME) et Mohamed Tozy (IEP d’Aix-en-Provence – LAMES)

Session 1. Dispositifs et scénographies des réconciliations politiques et religieuses

1.1. L’expérience de l’IER au Maroc

Président de séance : Ahmed Herzenni  (CCDH)

10h10

Fadma Ait Mous (CM2S, Casablanca)

L’IER, entre la mémoire des victimes et les méandres de l’histoire

10h30

Ahmed Bendella (Université de Lausanne – CM2S, Casablanca)

Les cadres juridiques de la mémoire

10h50

Discussion

11h30

Mohamed Tozy (IEP d’Aix-en-Provence – LAMES)

Scènes de la réconciliation. Réconciliations en scène.

11h50

Badiha Nahhass (Université Hassan II-Ain Chock – CM2S, Casablanca)

Les associations de la mémoire dans le Rif et le processus de réconciliation

12h10

Discussion


Après-midi

Président de séance : Dionigi Albera (IDEMEC)

1.2. Politiques et rites de la mémoire

14h30

Yazid Ben Hounet (CJB, Rabat – LAS, Paris)

Les trois temps de la réconciliation : une ritualisation manquée ?

14h50

Antoni Segura (Université de Barcelone – Centre d’études Historiques Internationales)

La question de la mémoire historique en Espagne et en Catalogne.

15h10

Discussion

1.3. Initiatives de médiation culturelle et interreligieuse dans les années 1950

15h30

Stéphane Mourlane (Université de Provence – TELEMME)

La Sicile, lieu de médiation culturelle et creuset de la réinvention de la Méditerranée dans les années 1950

15h50

Manoël Pénicaud (Université de Provence – IDEMEC)

Un projet de réconciliation islamo-chrétienne sous le signe des Sept Dormants (1950-1962)

16h10

Discussion

1.4. Pratiques et mises en scènes contemporaines du religieux en Jordanie et au Liban

16h50

Norig Neveu (Université de Provence – EHESS, Paris)

Politiques officielles, pratiques locales : pèlerinages et patrimoine religieux en partage en Jordanie

17h10

Emma Aubin-Boltanski (EHESS – CEIFR, Paris)

Pratiquer le dialogue interreligieux au Liban : la célébration de la fête de l’Annonciation

17h30

Nour Farra-Haddad (Université Saint-Joseph, Beyrouth)

Les maisons des visionnaires au Liban: Entre cloisonnement et ouverture communautaire

18h30

Discussion


Mercredi 2 mars 2011

Session 2. Processus de patrimonialisation et réinvention du territoire

2.1. Enjeux de patrimoine : appropriation et réhabilitation

Président de séance : Mustapha Laarissa (Université Cadi Ayyad, Marrakech)

9h30

Martine Chalvet (Université de la Méditerranée – TELEMME)

« Les Parcs Nationaux en Algérie dans les années 1920-1930 : Une patrimonialisation des « Suds » ? »

9h50

Pierre Sintès (Université de Provence – TELEMME)

Enjeux de patrimoine, enjeux de mémoire dans la vieille ville de Rhodes

10h10

Discussion

2.1. Mots et mémoires de la ville : Alexandrie

10h50

Eric Gady (CEA, Alexandrie)

Alexandrie réinventée

11h10

Jean-Yves Empereur (CEA, Alexandrie)

Métonomases. Les noms des rues d’Alexandrie

11h30

Dominique Gogny (CEA, Alexandrie)

Archives personnelles, Histoire et imaginaire

11h50

Discussion

2.3. Rénovation urbaine, simulacre de lieux, espaces d’oralité

Président de séance : Jean-Yves Empereur (CEA, Alexandrie)

14h30

Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME)

La Medina Mediterranea (Hammamet-Yasmine) entre simulacre du passé et marchandisation de l’espace.


14h50

Dionigi Albera (IDEMEC)

Mémoires cosmopolites et « rénovation » urbaine. Chroniques de La Goulette avant la révolution

15h10

Abdelmajid Arrif (MMSH)

La place Jamaâ Lafna, lieu patrimonial d’une oralité inventive

15h30

Discussion

2.4. Territoires de conflit et crispations patrimoniales

16h10

Yaël Groner-Timsit (CPAF – ECJM)

Mère d’une tradition ou Mère des traditions. La tombe de Rachel dans les trois religions monothéistes à la lumière du journal du gardien juif de la tombe

16h30

Stéphanie Latte-Abdallah (Université de Provence – IREMAM)

Des lieux d’images. Regards sur les territoires de la Palestine, des camps de réfugiés et histoire d’un conflit

16h50

Discussion

17h10

Projection du documentaire : La Maison d’Angela de Olfa Chakroun et Dionigi Albera.


Jeudi 3 mars 2011

Session 3. (Mé)-tisser les regards. La Méditerranée en images

Président de séance : Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME)

10h00

Sophie Gebeil (Université de Provence – TELEMME)

Les politiques de coopérations audiovisuelles en Méditerranée (1995-2010)

10h20

Lisa D’Orazio (TELEMME)

La télévision en Corse et la construction d’une identité méditerranéenne, un défi pour l’avenir ?

10h40

Discussion

11h20

Table ronde et projections

. Projet euro-méditerranéen MedMem (Euromed-Heritage IV): archives de la Méditerranée en ligne, publics et usages ?

. Collection  universitaire (MMSH-SATIS) : Je me souviens… de la Méditerranée : un projet en devenir ?

Présentation et discussion avec : Mireille Maurice (Ina Méditerranée), Jacques Sapiéga (Université de Provence – SATIS), Sophie Geibel (Université de Provence – TELEMME), Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME), Stéphane Mourlane (Université de Provence – TELEMME), Pierre Sintès (Université de Provence – TELEMME), Karima Dirèche (Centre Jacques Berque, Rabat) – Manoël Pénicaud (IDEMEC).

12h20

Conclusion du colloque

Karima Direche (Centre Jacques Berque, Rabat)

Faculté des Lettres et Sciences Humaines – Amerchich – Daoudiate B.P. 2410, 40000 Marrakech

Tél. : (+212) 5 24 30 19 62 / (+212) 5 24 30 27 42 – Fax : (+212) 5 24 30 20 39

Site web de la FLSH – Marrakech : www.flm.ucam.ac.ma/

Colloque international organisé avec le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche. Appel d’offre « Les Suds aujourd’hui » (1).

Mémoires, patrimoines et politiques: quand l’histoire s’en mêle

L’ANR Imasud et le programme 4 de l’UMR 6570 TELEMME , « Mobilités des mémoires » organisent leurs rencontres d’été les 24 et 25 juin 2010 à la MMSH (Aix-en-Provence, salle PAF)

PROG ANR 24 – 25 juin2010

Site de démonstration du projet MEDMEM

Consultation d’ une démonstration en ligne du futur site Internet Med-Mem construit en faveur d’une meilleure connaissance du patrimoine matériel et immatériel de la Méditerranée (Programme Euromed-Heritage).

Ce site est fondé sur les archives des télévisions publiques en Méditerranée, mises en perspectives par des dossiers de chercheurs.

Cette démonstration est en français et sous-titrée en arabe ou en anglais, selon votre choix. Elle est en ligne à l’adresse suivante : www.medmem.eu .

« Questionner les images en Méditerranée orientale »

Séminaire de recherche et de méthodologie d’IMASUD et du Pôle Images/Sons de la MMSH

« Questionner les images en Méditerranée(2) »

Croisements culturels et religieux en Méditerranée orientale

En collaboration avec l’IFPO et l’USJ Université Saint Joseph, Beyrouth,

28-29 Mai 2010

La Méditerranée regroupe une très grande variété d’héritages historiques et combine des rapports de force d’envergure très différente, depuis les conflits locaux jusqu’aux rivalités planétaires. L’objectif de notre séminaire est de questionner les phénomènes de croisements culturels et religieux qui font à  la fois l’objet de pratiques religieuses partagées et de logiques de patrimonialisation. Dès lors, il s’agit d’observer ces deux processus pour préciser dans quelle mesure chacun contribue à la production mémorielle commune et la construction d’une ou des identités. Les dynamiques de l’histoire favorisent le développement de processus de patrimonialisation comme l’émergence de sanctuaires partagés.

A partir des questionnements spécifiques à l’ANR IMASUD, l’objectif de ce séminaire sera de débattre autour de deux axes et  à partir de corpus iconographique ou filmique. Ces documents feront l’objet d’un bref exposé méthodologique relatif aux recherches menées.

1  Les pèlerinages partagés et les cultes croisés

L’attention sera portée sur des situations de contact dans lesquelles des lieux de pèlerinages et des figures de la sainteté mettent en communication des religions différentes dans les rives méridionales et orientales de la Méditerranée. Contrairement aux idées reçues concernant l’étanchéité des monothéismes en Méditerranée, des formes de porosité semblent se profiler là où il y a une situation composite du point de vue des appartenances religieuses. Les lieux et les figures qui président à ces formes de cohabitation entre chrétiens, juifs et musulmans apparaissent dotés d’une ambivalence qui est aussi pourvoyeuse de marges de manouvre pour l’inventivité des pratiques religieuses. La cohabitation interreligieuse n’est cependant jamais entièrement dissociée d’éléments potentiellement conflictuels. La tolérance n’exclut pas des éléments d’antagonisme, et le partage s’imbrique avec la compétition. Le séminaire se propose d’approfondir les connaissances sur les pèlerinages partagés en concentrant l’attention sur le Proche-Orient, où ces phénomènes ont une diffusion importante et méritent une attention particulière.

2. Usage du passé et processus de patrimonialisation

Notre réflexion, dans une optique interdisciplinaire, s’inscrit dans le débat sur les logiques relatives aux processus de patrimonialisation.  A rebours d’une conception commune du lieu patrimonial comme réceptacle d’une identité figée sur l’énonciation de son passé, nous voulons porter attention au caractère éminemment construit et processuel de l’acte qui, depuis la remémoration du passé historique, conduit à l’identification du « lieu mémoire », mais probablement aussi aux potentialités créatrices du lieu lui-même. Le lieu alors devient éminemment créateur, Il autorise l’histoire en la manifestant, et produit ainsi du sens, du lien, du territoire, du consensus, mais aussi du conflit. En analysant des exemples de production patrimoniale en Méditerranée orientale, le séminaire mettra au centre de l’attention l’intervention de différents acteurs aux niveaux local, national et international. La combinaison de ces différentes échelles dans l’institutionnalisation de ce qui fait le patrimoine sera à prendre en compte, de même que les réappropriations par la pratique sociale où se lisent des formes d’identification collective.

Voir le programme ci-dessous (version PDF)

programme seminaire Beyrouth

Place Jamaa Lafna, patrimoine oral de l’humanité. Entre fables et malentendus patrimoniaux

Abdelmajid Arrif,
Ethnologue, MMSH-CNRS, Aix-en-Provence


La place Jamaa Lafna fût décrétée en 2000 « patrimoine oral mondial ». La richesse de la culture orale qui s’y déploie en cercles (halqa) fut reconnue et défendue par Juan Goytissolo dans un article paru dans le Monde diplomatique. L’Unesco aurait « fabriqué et inventé » ce label de patrimonialisation pour la première fois dit-on pour requalifier la Place Jama’ lafna.

Jama‘ Lafna, territoire public d’une parole et d’une exposition publiques marquées du sceau du malentendu.

L’oralité qui s’offre la place Jamaa Lafna comme lieu de performance et de spectacles et s’offre aux touristes, marocains ou étrangers, et aux passionnés de la halqa – cercles de conteurs, de saltimbanques… – est par définition fragile, évanescente, se réalisant dans la performance même de l’acte hlayqi et n’existe pas en dehors même du cercle de l’énonciation et de la réception.

Elle ne puise pas dans l’écrit, dans un référentiel consacré par les lettres et leur reproduction mais dans l’exercice quotidien d’une improvisation réglée sur un socle culturel enraciné dont elle varie les motifs, la trame, les mots… chaque jour au coucher du soleil.

L’oralité patrimonialisée ! Quelle fiction ! Quel malentendu ! La patrimonialisation serait-elle une pollution sacrée qui donne sa bénédiction aux manifestations immatérielles d’une société et en assure par, incantation, la pérennité ?

Malentendu au centre des interactions qui se déroulent sur la scène de Jamaa Lafna ; malentendu sur la nature de ce patrimoine oral et sur la culture populaire qui lui est associée ; malentendu sur les temporalités dont participe cette oralité.

Malentendu sur le rôle de cette place : Jamaa Lafna, lieu de la clochardiation culturelle aux temps de la mondialisation ? Cours des miracles de la modernité paradoxale et éprouvante du Maroc ? Lieu de spectacle, comme on parle de spectacle de rue en France ? Ou bien lieu privilégié de transmission, consciente ou inconsciente, d’une culture orale menacée d’extinction ? Lieu d’exercice patrimonialisant de quelques lettrés nostalgiques d’un temps révolu où les hlayqia ont nourri leur imaginaire de merveilleux ?

Ou bien Jamaa Lafna serait-il tout cela, agrégeant en mouvement collectif des intentions disjointes, conjoncturelles et individuelles vers cet objectif « noble » : transmettre et perpétuer oralement un patrimoine à dimension universelle ?

Autant de questions à poser auxquelles il faudrait répondre pour dépasser ce malentendu.

Au moment où la place Jama’ lafna acquiert ce label, qui l’inscrit dans le registre symbolique et économique de la patrimonialité, la Médina de Marrakech, patrimoine urbain et architectural institué depuis le protectorat français sous l’égide de Lyautey, se trouve de plus en plus exposée à une mondialisation intensive. D’une part, un tourisme de masse relayé par une volonté marocaine institutionnelle – inscrivant dans son agenda l’aboutissement d’ici 2010 à 10 millions de touristes– et, d’autre part, un mouvement important d’installation résidentielle d’étrangers fortunés à l’intérieur de la Médina et plus particulièrement dans un de ces types architecturaux prisés : le ryad.

Ces deux dynamiques, volonté symboliques de patrimonialisation d’une culture orale, et appropriation-désappropriation d’un patrimoine urbain et architectural protégé depuis 1914 dessinent les contours des paradoxes de la patrimonialisation et peut-être de ses fables comme sources de « régénération » et de sauvegarde d’un passé de plus en plus malmené par l’épreuve du présent.

Tout en étant attentive à ces enjeux patrimoniaux, la recherche vise aussi à constituer des matériaux audio-visuels de certaines formes d’expression orales qui animent la Place. Ainsi que de mener des interviews filmés avec les acteurs du spectacle quant à leur rapport à cette « patrimonialité instituée ». Les interactions propres à l’espace-temps de la halqa, entre hlayqi, touristes et public marocain marrakchi ou touriste, seront aussi documentées et analysées.