Radio Suisse Romande : « La place Jamâa Lafna (Patrimoine de l’humanité) », avec Abdelmajid Arrif

En février 2011, à Marrakech, David Collin tendait son micro pour « Babylone » à Abdelmajid Arrif, ethnologue marocain, chercheur à Aix-en-Provence (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme), afin d’évoquer le patrimoine oral de la Place Jamâa Lafna, devenu en l’an 2000, patrimoine mondial de l’humanité sous l’égide de l’UNESCO.

La diffusion de cet entretien (le mardi 10 mai 2011) réalisé dans un restaurant de la place, prend aujourd’hui une signification particulière, quelques jours après l’attentat perpétré dans un café voisin, et qui a fait 17 morts.

Une triste coïncidence qui interroge, du coup, le poids symbolique visé dans cet acte terroriste : celui d’une culture ancestrale traditionnelle, porteuse d’échanges et de rencontres véritables, que de nombreux touristes du monde entier visitent, fascinés par ce lieu unique.

Précédant l’entretien d’Abdelmajid Arrif, celui de Mustapha Laarissa, professeur de philosophie à l’Université de Marrakech, rencontré en 2006 et en 2011 sur le même lieu, et qui fait le lien entre le lieu sacré (la Koutoubia) et le lieu profane que représente la place, entre deux hauts-lieux culturels et symboliques de Marrakech.

Une émission d’une heure de David Collin

« Jamaa Lafna. Place publique pour une parole publique ou le territoire du mal-entendu », par Abdelmajid Arrif


Source : Mediamed, Ressources multimedia en sciences humaines sur la Méditerranée.

La place Jamaa Lafna fût décrétée en 2000 « patrimoine oral mondial ». La richesse de la culture orale qui s’y déploie en cercles fut reconnue et défendue par Juan Goytissolo dans un article paru dans le Monde diplomatique.
L’oralité qui s’offre la place Jamaa Lafna comme lieu de performance et de spectacles et s’offre aux touristes, marocains ou étrangers, et aux passionnés de la halqa est par définition fragile, évanescente, se réalisant dans la performance même de l’acte hlayqi et n’existe pas en dehors même du cercle de l’énonciation et de la réception.
Elle puise dans l’exercice quotidien d’une improvisation réglée sur un socle culturel enraciné dont elle varie les motifs, le tissage, les mots… chaque jour au coucher du soleil.
L’oralité patrimonialisée ! Quelle fiction ! Quel malentendu ! La patrimonialisation serait-elle une pollution sacrée qui donne sa bénédiction aux manifestations immatérielles d’une société et en assure par, incantation, la pérennité ? A voir…
Malentendu au centre des interactions qui se déroulent sur la scène de Jamaa Lafna ; malentendu sur la nature de ce patrimoine oral et sur la culture populaire qui lui est associée ; malentendu sur les temporalités dont participe cette oralité.
Malentendu sur le rôle de cette place : Jamaa Lafna, lieu de la clochardiation culturelle aux temps de la mondialisation ? Cours des miracles de la modernité paradoxale et éprouvante du Maroc ? Lieu de spectacle, comme on parle de spectacle de rue en France ? Ou bien lieu privilégié de transmission, consciente ou inconsciente, d’une culture orale menacée d’extinction ? Lieu d’exercice patrimonialisant de quelques lettrés nostalgiques d’un temps révolu où les hlayqia ont nourri leur imaginaire de merveilleux ?
Ou bien Jamaa Lafna serait-il tout cela, agrégeant en mouvement collectif des intentions disjointes, conjoncturelles et individuelles vers cet objectif « noble » : transmettre et perpétuer oralement un patrimoine à dimension universelle ?

« Elections au Maroc, entre partis et notables (2007-2009) »

Publication de l’ouvrage : Élections au Maroc, entre partis et notables (2007-2009) sous la direction de Mohamed Tozy.

« L’expérience politique marocaine actuelle ne peut pas être analysée sans rappeler le niveau de maturation réalisé préalablement pour réunir les deux conitions principales de tout changement politique : un pacte politique de non belligérance et un train de réformes constitutionnelles négocié qui met entre parenthèses la question du lieu de souveraineté.

Ainsi, on ne peut pas s’étonner que dans le cas du Maroc, les élections ne remplissent pas exactement les mêmes fonctions que dans les démocrates occidentales. la compétition étant circonscrite ds des espaces contrôlés qui ne débouchent qu’exceptionnellement sur le pouvoir effectif, les élections permettent juste une certain e circulation des élites en avalisant des processus de cooptation définie par la classe politique ou de plébisciter des hommes ou des projets sans possibilité réelle de choix.

Les résultats des élections sont souvent dissociés du processus lui-même ds la mesure où les suffrages ne sont pris en considération que comme un indicateur parmi d’autres. le moment électoral est une parenthèse ds la vie politique qui s’avère intéressante pour l’observateur à cause de la liberté relative du jeu rôles qui s’y déroule. l’organisation des élections ne peut pas être prise comme un indicateur de démocratisation. Les performances tribuniciennes permettent de consolider les effets de scène et rendre visible les protagonistes, indiquer les cheminements hypothétiques des projets politiques en concurrence en vue de séduire le « souverain », occupant unique de l’espace réel du pouvoir. »

Place Jamaa Lafna, patrimoine oral de l’humanité. Entre fables et malentendus patrimoniaux

Abdelmajid Arrif,
Ethnologue, MMSH-CNRS, Aix-en-Provence


La place Jamaa Lafna fût décrétée en 2000 « patrimoine oral mondial ». La richesse de la culture orale qui s’y déploie en cercles (halqa) fut reconnue et défendue par Juan Goytissolo dans un article paru dans le Monde diplomatique. L’Unesco aurait « fabriqué et inventé » ce label de patrimonialisation pour la première fois dit-on pour requalifier la Place Jama’ lafna.

Jama‘ Lafna, territoire public d’une parole et d’une exposition publiques marquées du sceau du malentendu.

L’oralité qui s’offre la place Jamaa Lafna comme lieu de performance et de spectacles et s’offre aux touristes, marocains ou étrangers, et aux passionnés de la halqa – cercles de conteurs, de saltimbanques… – est par définition fragile, évanescente, se réalisant dans la performance même de l’acte hlayqi et n’existe pas en dehors même du cercle de l’énonciation et de la réception.

Elle ne puise pas dans l’écrit, dans un référentiel consacré par les lettres et leur reproduction mais dans l’exercice quotidien d’une improvisation réglée sur un socle culturel enraciné dont elle varie les motifs, la trame, les mots… chaque jour au coucher du soleil.

L’oralité patrimonialisée ! Quelle fiction ! Quel malentendu ! La patrimonialisation serait-elle une pollution sacrée qui donne sa bénédiction aux manifestations immatérielles d’une société et en assure par, incantation, la pérennité ?

Malentendu au centre des interactions qui se déroulent sur la scène de Jamaa Lafna ; malentendu sur la nature de ce patrimoine oral et sur la culture populaire qui lui est associée ; malentendu sur les temporalités dont participe cette oralité.

Malentendu sur le rôle de cette place : Jamaa Lafna, lieu de la clochardiation culturelle aux temps de la mondialisation ? Cours des miracles de la modernité paradoxale et éprouvante du Maroc ? Lieu de spectacle, comme on parle de spectacle de rue en France ? Ou bien lieu privilégié de transmission, consciente ou inconsciente, d’une culture orale menacée d’extinction ? Lieu d’exercice patrimonialisant de quelques lettrés nostalgiques d’un temps révolu où les hlayqia ont nourri leur imaginaire de merveilleux ?

Ou bien Jamaa Lafna serait-il tout cela, agrégeant en mouvement collectif des intentions disjointes, conjoncturelles et individuelles vers cet objectif « noble » : transmettre et perpétuer oralement un patrimoine à dimension universelle ?

Autant de questions à poser auxquelles il faudrait répondre pour dépasser ce malentendu.

Au moment où la place Jama’ lafna acquiert ce label, qui l’inscrit dans le registre symbolique et économique de la patrimonialité, la Médina de Marrakech, patrimoine urbain et architectural institué depuis le protectorat français sous l’égide de Lyautey, se trouve de plus en plus exposée à une mondialisation intensive. D’une part, un tourisme de masse relayé par une volonté marocaine institutionnelle – inscrivant dans son agenda l’aboutissement d’ici 2010 à 10 millions de touristes– et, d’autre part, un mouvement important d’installation résidentielle d’étrangers fortunés à l’intérieur de la Médina et plus particulièrement dans un de ces types architecturaux prisés : le ryad.

Ces deux dynamiques, volonté symboliques de patrimonialisation d’une culture orale, et appropriation-désappropriation d’un patrimoine urbain et architectural protégé depuis 1914 dessinent les contours des paradoxes de la patrimonialisation et peut-être de ses fables comme sources de « régénération » et de sauvegarde d’un passé de plus en plus malmené par l’épreuve du présent.

Tout en étant attentive à ces enjeux patrimoniaux, la recherche vise aussi à constituer des matériaux audio-visuels de certaines formes d’expression orales qui animent la Place. Ainsi que de mener des interviews filmés avec les acteurs du spectacle quant à leur rapport à cette « patrimonialité instituée ». Les interactions propres à l’espace-temps de la halqa, entre hlayqi, touristes et public marocain marrakchi ou touriste, seront aussi documentées et analysées.