Processus patrimoniaux et réinvention du territoire « Enjeux de patrimoine, enjeux de mémoire dans la vieille ville de Rhodes »

Processus patrimoniaux et réinvention du territoire

« Enjeux de patrimoine, enjeux de mémoire dans la vieille ville de Rhodes »

Pierre Sintès

(Université de Provence – TELEMME)

DOCUMENTS ÉLECTRONIQUES COMPLÉMENTAIRES A SA COMMUNICATION AU COLLOQUE IMASUD DE MARRAKECH

Photographie n°1

Un panneau public dans la vieille de ville de Rhodes. On y note la présence des logos de différentes institutions : l’Unesco qui a classé la vieille ville de Rhodes au patrimoine mondiale depuis 1988, l’organisation des villes membres de la liste de l’héritage mondial, la municipalité de Rhodes, et l’administration de la vieille ville. Ce panneau a pour objectif d’indiquer aux touristes les lieux dignes d’intérêt.

Photographie n°2

Dans la vieille ville, des panneaux indiquent la direction des lieux à visiter pour les touristes. Cette mise en valeur prend en compte les représentations de la vieille ville en conformité avec l’histoire officielle. Ce cas de figure est représentatif qui indique des vestiges byzantins et antiques, périodes sur lesquelles se fonde le discours de légitimité de l’Etat grec moderne.

Photographie n°3

Un groupe de personne se promènent dans les rues de l’ancien quartier juif de la vieille ville. Il s’agit de descendants de membres de cette communauté qui sont à la recherche des traces du passé juif de l’île.

Photographie n°4

Un descendant d’une famille juive de Rhodes né au Congo belge et résident actuellement au Cap (Afrique du Sud), montre une maison ayant appartenu à ses ancêtres.

Photographie n°5

Intérieur de la synagogue Shalom, pivot du dispositif de mémoire de la communauté juive de Rhodes

Photographie n°6 et 7

La commémoration de la mémoire des déportés à Rhodes est le principal moment de visibilité de l’histoire de la communauté dans l’espace public de l’ancien quartier juif.

Photographie n°8

L’enseigne d’un bar de nuit dans la vieille ville, témoin d’un marketing orientalisé à destination des touristes.

« Imesta Griki » – Projection, débat et concert à Lausanne

Imesta Griki

IMESTA GRIKI – MEMOIRES DE LA LANGUE GRECQUE EN ITALIE DU SUD
Lieu et date : Foyer de la Grange de Dorigny Lausanne, 3 juillet 2009
Projection, débat et concert
Organisé par: Salvatore Bevilacqua et Mirko Bischofberger

Description du projet :
Imesta Griki – Mémoires de la langue grecque en Italie du Sud est un projet de manifestation culturelle publique sans but lucratif qui a pour but de faire connaître la réalité culturelle des minorités hellénophones vivant dans le Sud de l’Italie. Localisées dans le Salento (Pouilles) et dans l’Aspromonte (Calabre), ces communautés sont les héritières d’une langue dont l’origine demeure controversée mais qui remonterait, selon certains spécialistes, à Homère… Parlée par des populations rurales jadis très isolées, cet idiome est représenté par deux groupes principaux nommés griko aux  Pouilles et grecanico en Calabre. Ces « dialectes » ont traversé les siècles par simple transmission orale (notamment grâce au chant et à la poésie populaires) et sont classés aujourd’hui par l’UNESCO dans le registre des langues sérieusement en danger. Tombés en désuétude, leur destin suit, malgré une prise de conscience récente, la disparition rapide de la population vieillissante gardienne de ce patrimoine linguistique. Reconnue officiellement depuis 1999 par l’Etat italien, cette minorité hellénophone connaît un éveil culturel original attirant l’attention d’intellectuels et d’artistes du monde entier. Dans la Grecìa salentina (Pouilles) notamment, cette « renaissance » se manifeste par une politique locale de revitalisation culturelle qui stimule la création artistique (musique et chanttraditionnels, poésie, mais aussi arts de la scène et visuels).

Pour en savoir plus…