Pèlerinages votifs partagés au Liban entre chrétiens et musulmans

Nour Farra-Haddad, Université Saint-Joseph de Beyrouth

Les attentes de la recherche

L’objectif du programme de recherche que je développe est de poursuivre un travail sur les pèlerinages votifs partagés au Liban entre chrétiens et musulmans. La recherche vise une meilleure compréhension des démarches votives, du vécu de la foi de chacun, des motivations, des aspirations spirituelles et matérielles des pèlerins, de la conception de la réussite des vœux, des symboles utilisés… L’étude privilégie un comparatisme entre les croyances et les démarches relatives à chaque communauté et à chacun des lieux de culte tout en s’appuyant sur des recherches qui ont été menées dans la région. Des pèlerins de différentes communautés religieuses suivent souvent les mêmes chemins de pèlerinages, mais procèdent vraiment aux mêmes démarches votives et les vivent-ils et les conçoivent-ils de la même manière ?

Premières interventions scientifiques

Parmi les nombreux rituels qui ont été étudiés, celui du port de l’habit des saints pour lequel j’ai été invitée à participer au colloque : ‘Les arts de la couleur en Grèce ancienne … et ailleurs’, à Athènes du 23 au 25 avril 2009, avec le concours de l’Agence Nationale de la Recherche, IMASUD, le centre Camille Jullian, le CNRS-Université de Provence et le Centre de recherche et de restauration des Musées de France. Mon intervention dans le cadre de ce colloque s’intitulait : « S’habiller aux couleurs des saints : démarches votives et culte des saints au Liban ». Associée à l’axe « Lieux de mémoire, imaginaires des lieux en Méditerranée » du programme « Suds » imaginaires, imaginaires des « Suds », j’ai bénéficié d’un financement qui m’a permis de participer aux journées d’études des 11 et 12 juin 2009 du CEIFR à Paris sur la fondation de lieux de culte. Ces journées d’études m’ont particulièrement aidé à approfondir ma réflexion sur les logiques de fondation de lieux de culte chrétiens ou musulmans, leur installation dans la durée, leur déplacement ou leur disparition. Les interventions couvraient un large et riche périmètre (France, Afrique du Nord, Antilles, Proche-Orient, Balkans et Asie du Sud). Malgré la diversité des situations et des contextes, il a été démontré que toute fondation de lieu de culte suit un double processus : construction physique et matérielle d’un monument localisé et daté, et élaboration d’une tradition, d’un récit canonique autour du monument ou du personnage auquel il est dédié.

Des « lieux de culte » dans les maisons des « voyantes »?

En outre, dans le cadre de l’ANR « Suds » imaginaire, imaginaires des « Suds » j’approfondi une réflexion en collaboration avec Emma Aubin Boltanski, anthropologue française également associée à l’ANR, sur les « voyantes » et les « lieux de culte interreligieux» qui se créent dans leur domicile et leur cadre familial. A Damas dans le quartier de Soufanieh, nous avons commencé une enquête sur la « maison de Mirna » (beit Mirna) et à Beyrouth, c’est la maison de Catherine (Beit Catherine), dans le quartier de Nabaa, qui a attiré notre attention.

La maison de Mirna Soufanie-Damas

Damas, maison de Mirna – Crédits N. Farra-Haddad

Fideles devant20l27autel20de20la20maison20de20catherine20nabaa

Beyrouth, maison de Catherine – Crédits N. Farra-Haddad

Dans les deux quartiers populaires de Damas et Beyrouth, un centre de visite pieuse (ziyâra) extrêmement actif s’est créé associant dévots de différentes religions (chrétiens et musulmans) et confessions (grecs orthodoxes ; grecs catholiques ; sunnites ; chiites…). Des rencontres, des prières et des activités quotidiennes et hebdomadaires sont organisées dans ces lieux.

Sur ce terrain nous nous intéresserons au développement de ces maisons en tant que « lieux de culte », aux « événements » et aux rituels qui s’y produisent et à l’intervention d’acteurs très divers : figure sainte, voyant, foules, clercs, journalistes, médecins, Etat et, enfin, fidèles d’autres religions.

Nous portons une attention particulière aux développements des « lieux de culte » dans les maisons des « voyantes » ainsi qu’aux pratiques rituelles et aux discours des fidèles de différentes confessions qui fréquentent ces lieux de culte chrétiens. Comment se déroulent leurs visites pieuses? Comment justifient-ils leurs actions ? Quels sont, pour eux, les statuts et fonctions des objets (statues, images, icônes)? Comment s’organise le lieu de culte ? Quels sont les rituels « partagés »? Quels sont ceux, au contraire, qui sont exclusifs à une communauté ? Comment les autorités religieuses réagissent-ils à ces phénomènes ?

« Les juifs sont le sel de la terre »

Récits de vie et témoignages de juifs restés en Algérie

Karima Dirèche, CNRS/Centre Jacques Berque

Ce travail est une contribution à une histoire plus large des juifs d’Algérie. Il privilégie la collecte de récits de vie de juifs restés en Algérie après 1962. Juifs convertis à l’Islam ou restés fidèles à leur religion première; leurs récits sont des outils qui permettent de nous affronter directement à des chantiers historiographiques laissés, jusque là, en jachère: Notamment celui de l’histoire sociale des juifs d’Algérie, très peu investie, car soit altérée par des paradigmes mémoriels et d’approche victimaire soit plombée par des paradigmes nationalistes et idéologiques de l’histoire officielle algérienne post-indépendante.

Les récits de vie constituent donc un matériau rare qui permet non seulement d’écouter la parole d’un groupe d’individus que l’histoire n’a pas daigné retenir et d’accéder à des historicités complexes (coloniales et post-coloniales) chargées en événements.

Identifier les acteurs : qui sont ces hommes et ces femmes ?

La judaïté de l’Algérie est, en règle générale, liée au décret Crémieux (1870), aux lois anti-juives de Pétain et à la déchéance de la citoyenneté française des juifs algériens (1942) et enfin à l’exode de 1962. Les quelques centaines d’individus restés après 1962 ont progressivement quitté l’Algérie dans les années 1960 et 1970. Les personnes interrogées (et à interroger) sont restées en Algérie après 1962 et continuent à y vivre. Juifs algériens, ils n’ont pas participé au grand exode de 1962. Pour des raisons diverses, ils sont restés après l’indépendance sans rien changer à leur vie. Ils racontent leur existence depuis le moment de l’indépendance et justifient leur choix d’être restés.

Mon terrain d’enquête est Oran car mes contacts sont plus nombreux et plus aisés.

Les thématiques historiographiques

Les juifs pendant la guerre d’Algérie. Les récits de vie évoquent souvent les pressions de l’OAS mais ils suggèrent également la situation difficile des Juifs coincés entre leur histoire « indigène »et leur gratitude et/ou leur reconnaissance à la France qui leur a permis de devenir citoyens français. D’ailleurs, du côté algérien, les juifs, qui se sont engagés pour la guerre d’indépendance et qui ont pris fait et cause pour le FLN, étaient rarement perçus comme de juifs mais plutôt identifiés par leur appartenance politique, en l’occurrence les communistes. Et là encore, c’est un point aveugle de l’historiographie aussi bien algérienne que française.

La politique algérienne post-indépendante à l’égard des juifs ; c’est une histoire politique des représentations algéro-algériennes sur cette question. Quelle place pour les juifs dans l’Algérie post-indépendante ?

Le rapport à la langue et à la culture arabes. Il existait, à Oran, au début du XXème siècle, des grandes familles juives francisées dites assimilées et qui continuaient, à maintenir et à manifester leur attachement à la langue arabe. Il y a toute une étude culturelle et linguistique sur le judéo-arabe algérien à réaliser.

L’indépendance de l’Algérie et ses effets sur les libertés des individus. Il y a eu un moment où l’euphorie, l’optimisme et l’exaltation de la victoire ont fait « sauter », pour un temps, les contraintes les plus rigides de la société algérienne. A étudier les années d’espérance mais aussi les désillusions post-indépendantes.

L’histoire des mobilités entre l’Algérie et le Maroc ; et pas simplement celles des juifs mais également de ces hommes et ces femmes qui, à la période coloniale, se sont déplacés, d’un pays à l’autre pour diverses raisons et qui ont su recomposer leurs appartenances confessionnelles, leurs identités culturelles et linguistiques, leurs modes de vie. Il y a réellement de la fluidité dans les mobilités et les catégories ne sont pas si figées qu’on pourrait le penser.

Etude de cas

Un entretien filmé, novembre 2008

Il s’agit de présenter un entretien filmé d’un vieux monsieur de 80 ans appelé, Hadj Messaoud, dans le quartier du centre-ville d’Oran dans lequel il vit (depuis presque toujours). Messaoud est un juif du Maroc arrivé en Algérie alors qu’il était enfant. Sa mobilité entre l’Algérie et le Maroc, la deuxième guerre mondiale, les aléas de la guerre d’Algérie, les départs en Israël, les départs des juifs algériens vers la France, les politiques autoritaristes de l’Etat algérien et son arabo-islamisme nationaliste, les massacres de la guerre civile des années 1990, tout semble avoir « glissé » sur lui. Messaoud s’appelle en réalité Prosper. Il est né dans le Tafilalet au Maroc, à la fin des années 1920 (1927, 1928 ?) dans une famille de commerçants (des grossistes en tissus). Enfant unique d’un couple désuni, il se retrouve au gré des tribulations familiales de la famille de sa mère (un oncle qui se marie à Tlemcen, une grand-mère qui s’installe à Oran) en Algérie où il scolarisé dans une école d’Oran. Sa mère profite de ce séjour algérien pour demander le divorce et le garde auprès de lui. La seconde guerre mondiale, le régime de Pétain et les lois anti-juives promulguées en Algérie le font renvoyer au Maroc où sa mère estime que les juifs y sont plus protégés. Il est recueilli par un de ses oncles paternels car son père était décédé entre temps emporté à 40 ans, par une crise d’appendicite. La libération le fait revenir à Oran où il apprend successivement les métiers de tailleur et de cordonnier. Sa mère lui ouvre un magasin de fabrication de chaussures et il se spécialise dans le travail de bottier. Prosper-Messaoud nous a raconté sa vie durant trois jours. Je l’avais déjà rencontré l’année d’avant (en 2007) où je l’avais enregistré. Il avait déjà commencé à me raconter un certain nombre de choses concernant sa vie, l’Algérie, sa judaïté….

Les modalités de la rencontre. C’est une amie, architecte à Oran, qui m’avait parlé d’un certain rabbin d’Oran qui continuait à exercer et à officier dans des locaux prêtés régulièrement par l’évêque d’Oran. La mention d’un rabbin dans l’Algérie d’aujourd’hui avait alerté mon attention et ma curiosité ; sachant que les juifs d’Algérie sont partis pour la plupart d’entre eux lors du grand exode de l’été 1962 et que les quelques centaines qui sont restés sont partis progressivement pour ne laisser quasiment aucune trace de la judaïté algérienne. Sachant également que l’Etat algérien, dans un nationalisme exacerbé ne laissait (et ne laisse toujours pas) aucune place et aucune mention des juifs dans la configuration identitaire et historique du pays (il faut savoir que la ministre de la culture Khalida Toumi, dans un entretien à un journal arabophone As-Shourouk, en février 2009 a parlé de déjudaïser la culture algérienne !).

La mention d’un rabbin à Oran, dans ce contexte, était, donc, tout à fait incongrue. Très vite, j’ai réalisé que ce n’était pas un rabbin, mais qu’a certains de sa vie, il a officié en tant que tel, par défaut ; notamment pour célébrer les derniers enterrements de la poignée des juifs de Tlemcen et d’Oran qui était encore là

Ce qui intrigue avant tout : Pourquoi est-il resté ? Et surtout y en a t-il d’autres dans sa situation ? S’agit-il d’un choix raisonné et explicite ? (avec une forme « d’agir » sur sa vie et de l’assumer). Ou alors, les concours de circonstances et les aléas de la vie ont contribué à faire en sorte qu’il reste en Algérie ? (dans une logique de destin et de Mektoub) ?

Il semble que ce soit bien plus compliqué car dans la vie de Prosper-Messaoud telle qu’il nous l’a racontée se dessine en filigrane l’histoire de l’Algérie et du Maroc, l’histoire et le destin des juifs du Maghreb, l’histoire du temps colonial, l’histoire des communautés religieuses. Mais en même temps, son récit de vie ne représente que lui-même ; il n’a aucune prétention à parler au nom des juifs d’Algérie. Au contraire, dans son récit, il y a comme une distance raisonnée (apportée certainement par le temps et la vieillesse) presque froide à l’égard de ses coreligionnaires (d’ailleurs, un moment, quand il évoque les départs des juifs, il parle de châtiment divin car les juifs d’Algérie n’étaient pas assez pieux et n’avaient jamais pensé à leur salut). S’il y a de la nostalgie, c’est certainement, celle de sa jeunesse perdue et de sa mère, dont il ne se remet toujours pas de la disparition (elle est décédée en 1999 à plus de 90 ans). C’est la nostalgie d’une certaine insouciance, de la légèreté d’un temps passé où tout semblait aller de soi. Mais c’est surtout la cohérence d’un univers qu’il avait patiemment élaboré autour de son métier, de sa mère, de ses amis, de certains lieux de sociabilité et de loisirs qui lui manque. Il n’y a pas de nostalgie douloureuse, il n’y a pas de regrets, il n’y a pas de pathos

Un autre élément également à souligner est qu’il n’est pas confiné dans une solitude désespérante et il ne se cache pas des autres. Pour plus de commodités, il a transformé Prosper en Messaoud et compte tenu de son âge on a rajouté hadj (non pas parce qu’il a fait le pèlerinage à la Mecque mais comme un signe de respect au vieil homme qu’il est). Et puis sa judaïté est un vrai-faux secret car une de ses activités principales (qui lui rapporte quelques revenus) est l’écriture de talismans de versets religieux puisés dans la torah écrits en caractères hébreux ; talismans censés être des remèdes à tout (l’amour, le mal de vivre, les maladies…). Les hommes et les femmes qui viennent se soigner chez lui savent pertinemment qu’ils ont affaire à un juif. Et par ses patients, il a une connexion directe avec la société algérienne d’aujourd’hui ; ses problèmes, ses maux, ses difficultés… Il n’ignore rien de ce qui se passe autour de lui et dans le pays et à sa manière, il tente soit d’y remédier, de donner son avis sur la question, soit d’asséner brutalement des leçons de morale notamment sur la décadence de la société algérienne et la dépravation des mœurs.

Pendant deux jours, il nous livre ses souvenirs, des bribes de son intimité et de sa mémoire avec une clarté étonnante. Malgré nos questions, c’est lui qui conduit l’entretien comme il le souhaite.

La méthode choisie

J’ai procédé de la façon suivante. N’étant pas documentariste, je ne souhaitais pas faire un film sur un personnage. Je n’avais aucune prétention artistique ni d’esthétisme. J’ai essayé d’utiliser l’image et la parole comme des matières qui vont me permettre de donner du sens historique à des questionnements que je m’étais déjà posés en amont. Comme dans la démarche en micro-histoire : qu’est-ce qui fait sens à cette trajectoire individuelle? Et comment ce récit de vie permet-il d’accéder à une histoire sociale du temps colonial et de l’après indépendance ? Qu’est-ce qu’on apprend qu’on ne savait pas déjà ou qui permet une autre lecture historiographique?

Ce récit, je l’ai organisé comme un livre avec des chapitres et des sous-chapitres thématisés. Car les propos de Prosper-Messaoud se déclinent, en fait, en plusieurs thèmes que j’ai essayé de mettre en valeur. Et si je les avais fait reproduire dans leur linéarité (telle qu’ils ont été livrés), cela aurait été fastidieux à entendre et n’aurait pas eu le sens souhaité. Ce que je vais vous montrer est un produit élaboré, travaillé à partir de la parole de mon témoin. Je n’ai pas reproduit sa parole telle qu’elle m’a été livrée mais découpée en fonction des grandes thématiques qui s’en dégageaient.

Ce qui m’a le plus intéressé, c’est le caractère singulier de cette trajectoire de vie et l’absence, dans ses propos, d’identité communautaire juive. Ce qui en ressort, est certainement un processus d’individuation très fort dans des temporalités historiques lourdement chargées du poids des identités collectives et communautaires.

Le récit de Prosper-Messaoud est aux antipodes de ces représentations. La Judaïté de Prosper-Messaoud n’est pas liée à des événements historiques ; elle est fondée, principalement, sur une foi inébranlable qu’il vit et accomplit tout seul (c’est d’ailleurs son seul regret : l’absence d’abattage casher pour la viande être au moins une dizaine d’individus pour célébrer le sabbat : la solitude, au moment du culte, se fait ressentir) et sur la conviction que Dieu est avec lui.

Epilogue

Ecouter Prosper-Messaoud raconter sa vie, malgré tous les non-dits, les oublis volontaires ou non, les omissions, les lacunes, les reconstructions a posteriori, c’est comme une fenêtre qui s’ouvre sur le passé pour entrevoir une comédie humaine (au sens balzacien) fondée sur une parole réelle et non sur la fiction ou l’imaginaire. Et, peut-être également, par sa simple présence, nous avons tous les ingrédients qui nous permettent d’imaginer le scénario historique suivant : Par le fait d’être marocain (donc il n’a pas été concerné par le décret Crémieux et par toute la politique d’assimilation et de francisation qui l’a accompagné), par ses mobilités successives durant son jeune âge entre le Maroc et l’Algérie et jusqu’à son adolescence, par un milieu très imprégné par le religieux, par sa langue de communication qui était principalement l’arabe, par le fait qu’il n’ait pas habité le quartier juif d’Oran, par ce brassage qu’il incarne également car il s’est frotté à la différence et à l’altérité, on un peut-être un protoype de ce que certains juifs d’Algérie auraient pu devenir s’ils étaient restés en Algérie.

L’édition électronique ouverte: changement de paradigme?

L’édition électronique ouverte : changement de paradigme?

Dans le cadre de l’exploitation des recherches d’Imasud par l’édition électronique et des débats du Pôle Images-Sons de la MMSH, Conversations sur le numérique, cette conférence est une collaboration active avec l’Université d’été organisée par le CLEO (15 septembre 2009)

« Imesta Griki » – Projection, débat et concert à Lausanne

Imesta Griki

IMESTA GRIKI – MEMOIRES DE LA LANGUE GRECQUE EN ITALIE DU SUD
Lieu et date : Foyer de la Grange de Dorigny Lausanne, 3 juillet 2009
Projection, débat et concert
Organisé par: Salvatore Bevilacqua et Mirko Bischofberger

Description du projet :
Imesta Griki – Mémoires de la langue grecque en Italie du Sud est un projet de manifestation culturelle publique sans but lucratif qui a pour but de faire connaître la réalité culturelle des minorités hellénophones vivant dans le Sud de l’Italie. Localisées dans le Salento (Pouilles) et dans l’Aspromonte (Calabre), ces communautés sont les héritières d’une langue dont l’origine demeure controversée mais qui remonterait, selon certains spécialistes, à Homère… Parlée par des populations rurales jadis très isolées, cet idiome est représenté par deux groupes principaux nommés griko aux  Pouilles et grecanico en Calabre. Ces « dialectes » ont traversé les siècles par simple transmission orale (notamment grâce au chant et à la poésie populaires) et sont classés aujourd’hui par l’UNESCO dans le registre des langues sérieusement en danger. Tombés en désuétude, leur destin suit, malgré une prise de conscience récente, la disparition rapide de la population vieillissante gardienne de ce patrimoine linguistique. Reconnue officiellement depuis 1999 par l’Etat italien, cette minorité hellénophone connaît un éveil culturel original attirant l’attention d’intellectuels et d’artistes du monde entier. Dans la Grecìa salentina (Pouilles) notamment, cette « renaissance » se manifeste par une politique locale de revitalisation culturelle qui stimule la création artistique (musique et chanttraditionnels, poésie, mais aussi arts de la scène et visuels).

Pour en savoir plus…

CFP Audiovisual Media and Identity in Southeastern Europe

Call for Papers

Issues of identity in Southeastern Europe have received a great deal of attention from different perspectives since the collapse of the totalitarian regimes in 1991. What the greatest part of this research has in common is a concept of identity that is not primordialist or essentialist in its approach but sees the phenomenon of identity as a product of processes of human interaction. This paradigm can be seen above all in the use of performative concepts (i.e. discoursivity) and an understanding of culture not as a Weberian « web of meaning » but as daily practice. In this context identity becomes « situational » or « constructed ». Identity becomes identities and we arrive at a point where we may speak of an individualised construction of identity.
This research has nevertheless remained implicitly textual or text-based in its nature: A predilection that has reinforced the social sciences’ tendency to essentialism, excessive formalism as well as the representation of all meaning as linguistic. Text-based research has thus focused on historical, geographical and economic issues at the expense of how these issues were communicated. This has resulted in an incomplete view of the construction of identity.
The conference is a first attempt to meet the challenges of text-based scholarship, to break this medial one-dimensionality dictated by textuality and to shift the focus to the aural and visual dimensions of identity. The objective of this endeavour is to examine identity in Southeastern Europe by means of its media of communication, specifically that of the photographic image and the sound recording. Brought to a point, the primary issue is one of how people perceive themselves and their environment on the basis of communication media, or, as Kelly Askew put it in her introduction to an « Anthropology of Media », the question is one of « what meanings people construct out of mass mediated images and sounds. »
We understand the term „media » in its original Aristotelian sense as media of sensory perception – i.e. sight, hearing, smell, taste and touch. The conference intends to examine this neglected level of sensory perception and communication of histories, identities and cultural forms of expression. The aim is not only to approach the question of how identities are communicated but also to examine them in how they are performed and made physically perceptible. More concretely, the role of photography and the photograph on the one hand and the audio recording and the recording process on the other will be examined in the conscious and unconscious construction and interpretation of identity in Southeastern Europe.

Invited speakers are not limited to the discussion of the contemporary media landscape but are challenged to take a historical perspective, this discussion being explicitly historical – it necessarily includes the integration of media representations from the socialist and pre-socialist periods into contemporary identity concepts. The local perspective is of particular interest in the discussion of these forms of representation and the associated impact on the local self-image. How do these representations affect various Southeastern European self-images?
What effect do they have on how the past is understood? What role do medialised representations play in ambitions to preserve or – alternatively – to transform local cultural heritage?
Contributors addressing these and any other related issues on photography, (ethno)musicology, oral history or medial (self-)representation in Southeastern Europe are invited to send an abstract of ca. 300 words and a short c.v. to:
Andreas Hemming andreas.hemming@musikwiss.uni-halle.de
and
Eckehard Pistrick eckehard.pistrick@musikwiss.uni-halle.de

Institute for Music
Martin Luther University Halle-Wittenberg
Kleine Marktstr. 7
06108 Halle/Saale
-Germany-

Deadline for Abstracts is 30. June 2009.

Abstracts and papers will be accepted in English and German.

For more information feel free to contact the conference conveners or see:
http://www.musikwiss.uni-halle.de/forschung/projekte/visuelle_und_aurale_repraesentati/

Séminaire d’Imasud : Mémoires d’Algérie

Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire?

chibani

Journée d’études
10 juin 2009 – 9h30 17h
Salle Georges Duby
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Aix-en-Provence

Programme Memoires d’Algerie

Les arts de la couleur en Grèce ancienne … et ailleurs, Athènes

Les arts de la couleur en Grèce ancienne … et ailleurs

Colloque international
Athènes, 23 – 25 avril 2009

Organisation : École française d’Athènes

Responsable scientifique : Philippe JOCKEY

Avec le concours de :
Agence Nationale de la Recherche / IMASUD
Centre Camille Jullian / CNRS-Université de Provence
Centre de recherche et de restauration des Musées de France

Programme

Dakirat

Le carnet de recherche Dakirat est issu du site homonyme crée en 2005 pour assurer la diffusion des textes, des communications et des travaux issus d’un WorkPackage (WP) du réseau d’excellence international Ramses2. Ce premier programme de recherche a réuni des spécialistes de sciences sociales de la Méditerranée autour du thème de la mémoire et des usages du passé autour d’un pôle majeur situé à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.
Une ANR, intitulée « Suds » imaginaires, imaginaires des « Suds ». Héritages, mémoires, représentations en Méditerranée (Imasud 2008-2010), rassemble une équipe élargie et s’engage dans une recherche d’approfondissement de ces thématiques.
Nous souhaitons que Dakirat devienne le lieu de diffusion et de discussion en ligne des travaux préparatoires d’Imasud, dans un souci de diffusion gratuite, de meilleur visibilité et d’écriture collective des nouvelles connaissances produites.