« La maison d’Angela » au Journées Cinématographiques de Carthage 2010

Le film documentaire « La maison d’Angela » (26′) de Olfa Chakroun et Dionigi Albera est sélectionné pour les Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) fin octobre 2010.

Ancien bastion de Tunis, la Goulette a été peuplé non seulement par des Tunisiens, mais également par des Italiens, des Maltais, des Français et des Juifs de différentes origines. Pendant au moins un siècle, La Goulette a été marquée par un fort cosmopolitisme et par des relations intenses entre les diverses composantes de la population. Plusieurs formes d’échange ont touché même la vie religieuse.

Après l’indépendance, les habitants d’origine européenne et les Juifs tunisiens ont progressivement quitté La Goulette. Mais il en reste encore quelques-uns, qui ont choisi de ne pas partir.
Aujourd’hui la Goulette a profondément changé. Un nouvel urbanisme voit le jour et les  démolitions récentes ont bouleversé le vieux tissu urbain.

Ce film dresse le portrait d’Angela, une Tunisienne d’origine Sicilienne, naturalisée Française. Elle est née à La Goulette en 1936 et y a toujours vécu. En 2009, sa maison familiale est vouée à la démolition, mais elle y reste encore même si elle a déménagé ses meubles dans  un nouvel appartement.

Ses paroles retracent l’histoire de sa famille goulettoise depuis plusieurs générations, restituent la tonalité de la vie d’antan,  et révèlent le désarroi d’une vie simple meurtrie par des processus de transformation inexorables.

Un film de Olfa Chakroun et Dionigi Albera

Production : L’agence du film de Fethi Doghri

Conference: Old Routes, New Journeys. Gender, Nation and Religious Diversity at European Pilgrimage Sites

Dionigi Albera participera au colloque « Old Routes, New Journeys. Gender, Nation and Religious Diversity at European Pilgrimage Sites » à l’Université de Radboud, Nijmegen, Pays-Bas, du 1er au 3 juillet 2010.

Programme :
Friday July 2, 2010.

Chair: Henk Driessen
9.00 – 9.15  Willy Jansen. Welcome

9.15-10.00 Willy Jansen: Old Routes, New jouneys. Gender, nation and religious diversity at
European pilgrimage sites. An Introduction.
Discussants: Lawrence Taylor, John Eade, group

10.00 – 10.45  Lawrence Taylor. Pilgrimage, Moral Geography, and Contemporary Religion.
Discussants: Ellen Badone, Dionigi Albera, group

Chair: Ellen Badone
11.15-12.00  John Eade: Home or away? Transnational migration and pilgrimage in
Britain.
Discussants: Catrien Notermans, Eric Venbrux, group

12.00-12.45  Catrien Notermans: Mary and transnational motherhood: African migrants on
pilgrimage to our lady of Lourdes in France.
Discussants: John Eade, Anna Fedele, group

13.00-14.15 Lunch and Garden walk

Chair: Keith Egan
14.15-15.00   Lena Gemzöe: Big, strong and happy. Reimagining femininity on the way to
Compostela
Discussants: Henk Driessen, Judith Samson, group

Chair: John Eade
15.30-16.15   Anna Fedele: Gender, Sexuality and Religious Critique among Mary Magdalene
Pilgrims in Southern France.
Discussants: Willy Jansen, Lena Gemzöe, group

16.15-17.00 Judith Samson: New pro-life activities around the pilgrimage sites of the Black
Madonna of Częstochowa and the Queen of Roses in Heroldsbach
Discussants: Keith Egan, Ellen Badone, group

Saturday July 3, 2010.

Chair: Anna Fedele
9.00-9.45 Henk Driessen: Festivals of Moors and Christians: Celebrating the religious
frontier in Spain.
Discussants: Lawrence Taylor, Keith Egan, group

9.45-10.30 Dionigi Albera: The Virgin Mary, the sanctuary and the mosque. Interfaith

coexistence in a pilgrimage center.

Discussants: Willy Jansen, Henk Driessen, group
Chair: Judith Samson
11.00-11.45 Ellen Badone: Pardons, pilgrimage, and the (Re)construction of identities in
Brittany.
Discussants: Lena Gemzöe, Eric Venbrux, group

11.45-12.30 Brainstorm: New approaches in pilgrimage studies

Chair: Eric Venbrux
14.00-14.45 Keith Egan: Faith of our fathers, face of our mothers – Patrick and Mary in post-
Celtic Tiger Ireland.
Discussants: Catrien Notermans, Dionigi Albera, group

14.45-15.30 Eric Venbrux: A Miraculous Medal to Save Europe?
Discussants: Judith Samson Anna Fedele, group

Chair: Lawrence Taylor
15.45-16.30 General discussion. Publication arrangements.

E-mail: soeterbeeck@fb.ru.nl
Website: http://www.ru.nl/soeterbeeck/

Mémoires, patrimoines et politiques: quand l’histoire s’en mêle

L’ANR Imasud et le programme 4 de l’UMR 6570 TELEMME , « Mobilités des mémoires » organisent leurs rencontres d’été les 24 et 25 juin 2010 à la MMSH (Aix-en-Provence, salle PAF)

PROG ANR 24 – 25 juin2010

Site de démonstration du projet MEDMEM

Consultation d’ une démonstration en ligne du futur site Internet Med-Mem construit en faveur d’une meilleure connaissance du patrimoine matériel et immatériel de la Méditerranée (Programme Euromed-Heritage).

Ce site est fondé sur les archives des télévisions publiques en Méditerranée, mises en perspectives par des dossiers de chercheurs.

Cette démonstration est en français et sous-titrée en arabe ou en anglais, selon votre choix. Elle est en ligne à l’adresse suivante : www.medmem.eu .

Migrations, identité et modernité au Maghreb

 

Colloque d'Essaouira

 

Colloque international organisé à Essaouira les18,19 et 20 mars 2010 autour des questions des mobilités et des mémoires juives au Maghreb aux périodes modernes et contemporaines.

Voir le site consacré à la manifestation :

http://sites.google.com/site/migrationsidentitemodernite/

« Questionner les images en Méditerranée orientale »

Séminaire de recherche et de méthodologie d’IMASUD et du Pôle Images/Sons de la MMSH

« Questionner les images en Méditerranée(2) »

Croisements culturels et religieux en Méditerranée orientale

En collaboration avec l’IFPO et l’USJ Université Saint Joseph, Beyrouth,

28-29 Mai 2010

La Méditerranée regroupe une très grande variété d’héritages historiques et combine des rapports de force d’envergure très différente, depuis les conflits locaux jusqu’aux rivalités planétaires. L’objectif de notre séminaire est de questionner les phénomènes de croisements culturels et religieux qui font à  la fois l’objet de pratiques religieuses partagées et de logiques de patrimonialisation. Dès lors, il s’agit d’observer ces deux processus pour préciser dans quelle mesure chacun contribue à la production mémorielle commune et la construction d’une ou des identités. Les dynamiques de l’histoire favorisent le développement de processus de patrimonialisation comme l’émergence de sanctuaires partagés.

A partir des questionnements spécifiques à l’ANR IMASUD, l’objectif de ce séminaire sera de débattre autour de deux axes et  à partir de corpus iconographique ou filmique. Ces documents feront l’objet d’un bref exposé méthodologique relatif aux recherches menées.

1  Les pèlerinages partagés et les cultes croisés

L’attention sera portée sur des situations de contact dans lesquelles des lieux de pèlerinages et des figures de la sainteté mettent en communication des religions différentes dans les rives méridionales et orientales de la Méditerranée. Contrairement aux idées reçues concernant l’étanchéité des monothéismes en Méditerranée, des formes de porosité semblent se profiler là où il y a une situation composite du point de vue des appartenances religieuses. Les lieux et les figures qui président à ces formes de cohabitation entre chrétiens, juifs et musulmans apparaissent dotés d’une ambivalence qui est aussi pourvoyeuse de marges de manouvre pour l’inventivité des pratiques religieuses. La cohabitation interreligieuse n’est cependant jamais entièrement dissociée d’éléments potentiellement conflictuels. La tolérance n’exclut pas des éléments d’antagonisme, et le partage s’imbrique avec la compétition. Le séminaire se propose d’approfondir les connaissances sur les pèlerinages partagés en concentrant l’attention sur le Proche-Orient, où ces phénomènes ont une diffusion importante et méritent une attention particulière.

2. Usage du passé et processus de patrimonialisation

Notre réflexion, dans une optique interdisciplinaire, s’inscrit dans le débat sur les logiques relatives aux processus de patrimonialisation.  A rebours d’une conception commune du lieu patrimonial comme réceptacle d’une identité figée sur l’énonciation de son passé, nous voulons porter attention au caractère éminemment construit et processuel de l’acte qui, depuis la remémoration du passé historique, conduit à l’identification du « lieu mémoire », mais probablement aussi aux potentialités créatrices du lieu lui-même. Le lieu alors devient éminemment créateur, Il autorise l’histoire en la manifestant, et produit ainsi du sens, du lien, du territoire, du consensus, mais aussi du conflit. En analysant des exemples de production patrimoniale en Méditerranée orientale, le séminaire mettra au centre de l’attention l’intervention de différents acteurs aux niveaux local, national et international. La combinaison de ces différentes échelles dans l’institutionnalisation de ce qui fait le patrimoine sera à prendre en compte, de même que les réappropriations par la pratique sociale où se lisent des formes d’identification collective.

Voir le programme ci-dessous (version PDF)

programme seminaire Beyrouth

Les échelles de la Méditerranée XIXe-XXIe siècle

Un premier ouvrage collectif est à paraître en mai aux éditions Actes-Sud

Voir  la présentation de l’ouvrage :

Echelles de la mémoire

Sous la direction de Maryline Crivello, coordonné par Karine-Larissa  Basset, Dimitri Nicolaïdis et Ouriana Polycandrioti.

ACTES SUD/MMSH, 2010

Choreography of Sacred Space: State, Religion and Conflict Resolution

Dionigi Albera participera au colloque « Choreography of Sacred Space: State, Religion and Conflict Resolution » à l’Université de Boğaziçi à Istanbul, les 6 et 7 mai 2010.

Programme :

Thursday May 6th

14:00:  Greetings & Opening Remarks:  Professor Yesim Arat, Vice Rector for Academic Affairs

14:30 – 18:00 Theoretical and Comparative Perspectives,

Chair, Karen Barkey

Glenn Bowman, Comparative Perspectives on the Balkans and the Middle East

Anna Bigelow, Sacred Memories, Plural Realities: Remembering and Producing Shared Sacred Spaces

Dionigi Albera, Religious antagonism and shared sanctuaries in Algeria

Mete Hatay, Identity, Ethnic Conflict and Conflicted Heritage in Cyprus

Friday, May 7th

9:00 – 11:15 Anatolia

Chair, Osman Kavala

Robert Hayden, The Byzantine Mosque at Trilye: A Processual Analysis of Dominance, Sharing, Transformation and Tolerance

Rabia Harmanshah, Secularizing the Unsecularizable: A comparative study of the Haci Bektash Veli and the Mevlana Museums in Turkey

Zerrin Ozlem Biner, Re-consolidating the borders between self and other and between self and the state: Ethnographic explorations of past memories and present struggles between Syrian Christians and Kurds at the margins of contemporary Turkey

Tork Dalalyan, Kurds and the Armenians in Eastern Anatolia

11:30 – 13:00 Balkans

Chair, Arzu Ozturkmen

Tijana Krstic, The Ambiguous Politics of “Ambiguous Sanctuaries”: F. Hasluck and Historiography on Syncretism and Conversion to Islam in 15th – and 16th-century Ottoman Empire

Tolga Esmer, A Rebel, a Saint, and a Contested Shrine: The Türbe of the 16th
Century Sheikh Bali Efendi

14:45-16:45 Palestine/Israel

Chair, Elazar Barkan

Wendy Pullan, At the Boundaries of the Sacred, the Reinvention of Everyday Life in Jerusalem’s Al-Wad Street

Rassem Khamaisi, Conflict over Holy Sites in the City: Symptoms of the Conflict in Nature, Images and Type of the City

17:00 – 18:00 Roundtable Discussion

Construire l’espace audiovisuel en Méditerranée

E-Dossier : Construire l’espace audiovisuel en Méditerranée (INA)

« Mare Nostrum », berceau de nos civilisations. En ce début de XXIe siècle, la Méditerranée réunit autour de ses rives une mosaïque de pays et de cultures qui n’arrivent pas toujours à dialoguer, entre Nord et Sud, entre Sud et Sud. Dans ce contexte complexe et contrasté, la circulation des images d’une rive à l’autre devrait jouer un rôle important dans le dialogue interculturel, le partage d’un riche héritage commun. Force est de constater que cet espace audiovisuel euro-méditerranéen, qui représente un « marché » de 700 millions de téléspectateurs avec l’ensemble des pays de l’Union européenne, est fragmenté et déséquilibré. Il existe néanmoins des raisons d’espérer, dans la mesure où de nombreux acteurs, professionnels (diffuseurs, producteurs, organismes) et politiques (Commission européenne, Union pour la Méditerranée) impulsent des actions multilatérales. Un certain nombre de projets voient le jour, en termes de coproduction d’œuvres, de formation, d’archives audiovisuelles, voire de chaîne de télévision commune ; sans oublier les réseaux de chercheurs. À l’heure des défis de la mondialisation, la construction plus vigoureuse d’une véritable « méditerranéité audiovisuelle » pourrait ouvrir des horizons nouveaux, tant culturels qu’économiques. (Avril 2010)

Pèlerinages interreligieux : Les Sept Dormants en Méditerranée

Manoël Pénicaud (IDEMEC – Université de Provence)

Détail de la "Légende Dorée" (© Collection Massignon)
Détail de la "Légende Dorée" (© Collection Massignon/REI)

Le mythe des Sept Dormants, popularisé en occident par la Légende Dorée de Jacques de Voragine, raconte l’histoire de sept jeunes chrétiens ayant refusé de sacrifier aux idoles sous le règne de l’empereur romain Dèce (IIIe siècle). Persécutés, ils se réfugient et s’endorment dans une caverne proche de la ville d’Éphèse où l’empereur les emmure vivants. Or, ils se réveillent miraculeusement 172 ans plus tard, soit en en 449, alors que l’empire est devenu chrétien. Venu à point nommé attester le dogme de la résurrection des corps, le mythe des Dormants se répand alors dans tout le bassin méditerranéen.

Miniature ouïgoure (© Collection Massignon/REI)
Miniature ouïgoure (© Collection Massignon/REI)

L’originalité est qu’on le retrouve explicitement dans la XVIIIe sourate du Coran dite « La Caverne » (Al Kahf). Très populaire, un hadith du Prophète Mohamed dit que : « Celui qui récite la sourate al-Kahf le Vendredi, une lueur sort de sous ses pieds jusqu’à l’horizon céleste, qui le fera resplendir au Jugement, et ses péchés commis entre les deux Vendredis lui seront pardonnés. » Or, selon l’islamologue Louis Massignon, l’extrait de cette sourate elliptique relative aux Gens de la Caverne préfigure – ou configure – ce qu’il appelle l’« Apocalypse de l’islam » dans un article fondateur. La version coranique du mythe se diffuse alors dans tout le monde musulman, de l’Andalousie au Turkestan Chinois en passant par l’Indonésie ou l’archipel des Comores.

Professeur au Collège de France, Louis Massignon (1883-1962) a consacré les dix dernières années de sa vie à l’exploration du mythe des Sept Dormants dans le monde (Islam et Chrétienté). Avec l’aide de nombreux universitaires, il a conduit en effet des recherches « encyclopédiques » qui seront régulièrement publiées dans la Revue des Etudes Islamiques de 1954 à 1963.

Le Caire, inscription des Ahl al-Kahf, cimetière du Moqattam (© Collection Massignon/REI)
Inscription des Ahl al-Kahf, cimetière du Moqattam, Le Caire (© Collection Massignon/REI)

Or, le dépouillement du corpus entier des Sept Dormants dans les archives inédites du « dernier orientaliste » permet de rouvrir le chantier de ces recherches, notamment en Méditerranée. On trouve en effet des « références » matérielles ou immatérielles aux Sept Dormants en Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Egypte, Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne, France, Italie et Grèce.

Fragment du tombeau de quatre des Sept Dormants, crypte de l'abbaye Saint Victor, Marseille (© Collection Massignon)
Fragment du tombeau de quatre des Sept Dormants, crypte de l'abbaye Saint Victor, Marseille (© Pénicaud)

Considérés par Massignon comme des figures islamo-chrétiennes majeures, notre recherche consiste à vérifier l’actualité de pratiques dévotionnelles chrétiennes, musulmanes, et/ou mixtes à leur égard en Méditerranée.

Grotte des Saba' Rijal de Sefrou, Maroc, (© Collection Massignon/REI)
Grotte des Saba' Rijal de Sefrou, Maroc, (© Collection Massignon/REI)

Une attention particulière sera portée au site de Séfrou au Maroc, une caverne doublement dédiée aux Sept Dormants (Ahl al Kahf) et au prophète Daniel (où est célébrée une Hiloula), où Massignon et quelques juifs sépharades (dont André Chouraqui, cf. correspondance) ont cherché à instituer un pèlerinage judéo-musulman dans les années 1950. Ce cas particulier concerne pleinement la problématique de la mixité religieuse et le partage des lieux saints qui intéresse plusieurs chercheurs du progamme « IMASUD. Héritages, mémoires et représentations en Méditerranée ».


Louis Massignon, « Les Sept Dormants, Apocalypse de l’Islam », in Analecta Bollandiana, Bruxelles, t. LXVIII, Mélanges Paul Peeters II, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1950, pp. 245-260 ; réédité dans Louis Massignon, Opera Minora, t. III, PUF, Paris, pp. 104-118 ; et dans Louis Massignon, Écrits Mémorables, t. I, Robert Laffont, Paris, 2009, pp. 321-335

Signalons la récente parution des Écrits Mémorables de Louis Massignon, édités sous la direction de Christian Jambet par François Angelier, François L’Yvonnet et Souâd Ayada. Robert Laffont, coll° « Bouquins », 2 vol., 2009

Louis Massignon, « Les Sept Dormants d’Éphèse (Ahl al-Kahf) en Islam et en Chrétienté, recueil documentaire et iconographique réuni avec le concours d’Émile Dermenghem, Lounis Mahfoud, Dr Suheyl Unver et Nicolas de Witt », in Revue des Études Islamiques, Paul Geuthner, Paris, 1954 à 1963.

Nous remercions la famille Massignon de nous avoir donné accès à ce fonds d’archives privées et permis d’en diffuser quelques échantillons documentaires.

Dionigi Albera et Maria Couroucli (dir.), Religions traversées, Actes Sud, 2009

Méditerranée et Anthropologie Publications

LA MEDITERRANEE DES ANTHROPOLOGUES. Fractures, filiations,contiguïtés

L’atelier méditerranéen, ed. Maisonneuve et Larose, 2006

Dionigi Albera et Mohammed Tozy, Idemec, MMSH

Lieu d’échanges et de conflits, de circulation et de confrontation des hommes, des biens, des savoir-faire, des langues et des idées, la Méditerranée invite à la comparaison des espaces, des temps, des pratiques. Son histoire, faite d’expériences à mettre au jour, incite à mesurer échecs et succès et à apprécier la part de la réalité, de l’utopie, du désenchantement et des anticipations fondatrices. Ce livre se propose de poser quelques jalons pour une exploration de la Méditerranée des anthropologues. Il parcourt l’investissement de l’espace méditerranéen de la part de chercheurs américains, anglais et français. Il suit le développement d’un champ anthropologique dans plusieurs pays du pourtour méditerranéen en pointant un ensemble de convergences, mais aussi un certain nombre de dissonances. Il interroge enfin le noeud du rapport entre chercheurs autochtones et anthropologues étrangers. Le parcours effectué est au ras du sol : il privilégie les dimensions du vécu et de la pratique. Le but de ce travail n’est pas de clore un inventaire mais d’entamer un débat. Une démarche de longue haleine est nécessaire si l’on veut construire les conditions de parité dans la communication et transcender aussi bien les asymétries entre centre et périphérie dans la géographie symbolique de la discipline que les tendances au repli des traditions anthropologiques nationales.

RELIGIONS TRAVERSEES. Lieux saints partagés entre musulmans, chrétiens et juifs en Méditerranée

Actes Sud, 2009

Dionigi Albera et Maria Couroucli

Ce livre fait découvrir un phénomène religieux très présent en Méditerranée et pourtant encore fort peu connu: la fréquentation des mêmes sanctuaires par des fidèles appartenant à des groupes confessionnels différents.
La mixité, cette aberration pour tout intégrisme, s’avère être un phénomène traditionnel, surtout dans les régions orientales du Bassin, là où les populations ont su s’adapter depuis de nombreux siècles à une vie politique et religieuse instable. Loin d’être des ensembles monolithiques, les religions apparaissent en effet « traversées ». Ce livre en est une illustration.

Publications Actes Sud,

http://www.actes-sud.fr/ficheisbn.php?isbn=9782742782680

Regarder la guerre

La pensée de midi – numéro 9 ,

Extrait de « Regarder la guerre. Fragments d’Histoire »

Maryline Crivello, Université de Provence – MMSH

Jean-Claude Coutausse, La guerre du Golfe

Deux cents ans de visions différentiées de la guerre construisent aujourd’hui notre regard. Parmi les modes de représentation visuelle des affrontements, l’art pictural puis cinématographique a souvent fait appel à un imaginaire épique et à une mise en scène héroïque. La photographie, conjuguée aux dessins de magazines illustrés jusqu’à la fin de Grande Guerre, et intégrée au monde naissant du journalisme, est devenue technique d’une activité à part entière : le reportage. En effet, les changements techniques, qui transforment les matériaux, les supports, les formats, les processus de fabrication et d’impression, le nombre d’images à disposition d’une société, sont à lier indissociablement à l’histoire des cultures du regard. Se posent alors les questions du statut et des usages de l’image comme celles de leur réception et de leur impact dans la formation des opinions. Peut-on, par exemple, opposer figuration de la guerre à posteriori – ou « imaginaire » de la guerre – et  information visuelle de la guerre -ou restitution d’une « réalité » – ? Comment comparer le regard des visiteurs parisiens qui découvrent en juin 1837 la galerie des Batailles dans Versailles transformé en musée, au notre, assailli chaque jour par les images de la presse écrite et télévisuelle, images des événements à chaud, faisant irruption dans notre intimité ?

Place Jamaa Lafna, patrimoine oral de l’humanité. Entre fables et malentendus patrimoniaux

Abdelmajid Arrif,
Ethnologue, MMSH-CNRS, Aix-en-Provence


La place Jamaa Lafna fût décrétée en 2000 « patrimoine oral mondial ». La richesse de la culture orale qui s’y déploie en cercles (halqa) fut reconnue et défendue par Juan Goytissolo dans un article paru dans le Monde diplomatique. L’Unesco aurait « fabriqué et inventé » ce label de patrimonialisation pour la première fois dit-on pour requalifier la Place Jama’ lafna.

Jama‘ Lafna, territoire public d’une parole et d’une exposition publiques marquées du sceau du malentendu.

L’oralité qui s’offre la place Jamaa Lafna comme lieu de performance et de spectacles et s’offre aux touristes, marocains ou étrangers, et aux passionnés de la halqa – cercles de conteurs, de saltimbanques… – est par définition fragile, évanescente, se réalisant dans la performance même de l’acte hlayqi et n’existe pas en dehors même du cercle de l’énonciation et de la réception.

Elle ne puise pas dans l’écrit, dans un référentiel consacré par les lettres et leur reproduction mais dans l’exercice quotidien d’une improvisation réglée sur un socle culturel enraciné dont elle varie les motifs, la trame, les mots… chaque jour au coucher du soleil.

L’oralité patrimonialisée ! Quelle fiction ! Quel malentendu ! La patrimonialisation serait-elle une pollution sacrée qui donne sa bénédiction aux manifestations immatérielles d’une société et en assure par, incantation, la pérennité ?

Malentendu au centre des interactions qui se déroulent sur la scène de Jamaa Lafna ; malentendu sur la nature de ce patrimoine oral et sur la culture populaire qui lui est associée ; malentendu sur les temporalités dont participe cette oralité.

Malentendu sur le rôle de cette place : Jamaa Lafna, lieu de la clochardiation culturelle aux temps de la mondialisation ? Cours des miracles de la modernité paradoxale et éprouvante du Maroc ? Lieu de spectacle, comme on parle de spectacle de rue en France ? Ou bien lieu privilégié de transmission, consciente ou inconsciente, d’une culture orale menacée d’extinction ? Lieu d’exercice patrimonialisant de quelques lettrés nostalgiques d’un temps révolu où les hlayqia ont nourri leur imaginaire de merveilleux ?

Ou bien Jamaa Lafna serait-il tout cela, agrégeant en mouvement collectif des intentions disjointes, conjoncturelles et individuelles vers cet objectif « noble » : transmettre et perpétuer oralement un patrimoine à dimension universelle ?

Autant de questions à poser auxquelles il faudrait répondre pour dépasser ce malentendu.

Au moment où la place Jama’ lafna acquiert ce label, qui l’inscrit dans le registre symbolique et économique de la patrimonialité, la Médina de Marrakech, patrimoine urbain et architectural institué depuis le protectorat français sous l’égide de Lyautey, se trouve de plus en plus exposée à une mondialisation intensive. D’une part, un tourisme de masse relayé par une volonté marocaine institutionnelle – inscrivant dans son agenda l’aboutissement d’ici 2010 à 10 millions de touristes– et, d’autre part, un mouvement important d’installation résidentielle d’étrangers fortunés à l’intérieur de la Médina et plus particulièrement dans un de ces types architecturaux prisés : le ryad.

Ces deux dynamiques, volonté symboliques de patrimonialisation d’une culture orale, et appropriation-désappropriation d’un patrimoine urbain et architectural protégé depuis 1914 dessinent les contours des paradoxes de la patrimonialisation et peut-être de ses fables comme sources de « régénération » et de sauvegarde d’un passé de plus en plus malmené par l’épreuve du présent.

Tout en étant attentive à ces enjeux patrimoniaux, la recherche vise aussi à constituer des matériaux audio-visuels de certaines formes d’expression orales qui animent la Place. Ainsi que de mener des interviews filmés avec les acteurs du spectacle quant à leur rapport à cette « patrimonialité instituée ». Les interactions propres à l’espace-temps de la halqa, entre hlayqi, touristes et public marocain marrakchi ou touriste, seront aussi documentées et analysées.

Imaginaires des Suds et médias en Méditerranée Publications

TELEVISION ET MEDITERRANEE. Généalogies d’un regard, « Médias en actes », Ina-L’harmattan, 2008.

Ss dir. , Bernard Cousin et Maryline Crivello sont historiens, spécialistes de l’image et des représentations, à l’Université de Provence. Ils présentent ici un ouvrage collectif, issu d’un colloque qu’ils ont organisé à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, et auquel ont participé une quinzaine d’auteurs : historiens, sociologues et professionnels de l’audiovisuel.

14391    La Méditerranée, au-delà de la vision idéale d’une mer intérieure qui relie les rivages et les civilisations, est avant tout un problème pour les sciences sociales. Dans le bassin méditerranéen où s’affrontent des processus d’intégration et de segmentation, le questionnement concernant le rôle des télévisions reste entier. Comment participent-elles à la construction d’identités nationales, à la diffusion d’héritages ou à la perception de conflits ? Ce livre constitue un essai de premières réponses, à partir de plusieurs pistes de recherche : les héritages mémoriels de l’imaginaire méditerranéen, les constructions institutionnelles de l’espace télévisuel en Europe et dans l’arc méditerranéen, le traitement des conflits et la mise en exergue des documentaires sur les migrations en Méditerranée. Cet ouvrage débute par deux approches générales, l’une sur les temps télévisuels, l’autre sur les représentations méditerranéennes, puis met l’accent sur la construction mémorielle des imaginaires politiques et culturels à partir d’analyses internes de corpus constitués et en liaison avec les outils de l’Inathèque de France. Il offre également quelques entrées sur le monde professionnel dans leur participation à un espace télévisuel de coopération.

Publications de L’INA, Collection « Médias en actes », http://www.ina-entreprise.com/observatoire-medias/publications/index.html?pdt=1660

LES MEDIAS EN MEDITERRANEE. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales


Ss-dir. Khadija Mohsen-Finan, coll. « Etudes méditerranéennes », Actes Sud, 2009.

medias-actes-sud3   Depuis les années 1990, la généralisation des télévisions satellitaires et l’avènement d’Internet ont bouleversé le paysage médiatique et contribué à une modification profonde du rapport entre les populations et l’information. Désormais acteurs politiques à part entière, les médias entretiennent des liens à la fois conflictuels et ambigus avec les différents pouvoirs – politique, judiciaire, religieux, financier… – et pèsent directement sur les relations internationales.
Interrogeant l’histoire, multipliant les approches et les exemples – de l’Italie au Liban, de l’analyse de la sociologie du Web au traitement médiatique du conflit israélo-palestinien -, sondant l’évolution des imaginaires politiques et religieux, cet ouvrage se propose de mieux situer la place et le rôle des médias dans les sociétés méditerranéennes, et singulièrement dans les pays arabes.
Loin des amalgames et des raccourcis abusifs, ce livre offre des éléments précieux pour appréhender une réalité nouvelle et complexe.

Films d’amateurs et de famille – Mémoires partagées

alger3-16ptt Crédits photographiques : Cinémémoire

L’ANR Imasud apporte une aide scientifique au projet de l’association « Cinémémoire » intitulé  Mémoires partagées : Algérie-France

http://cinememoire.net/index.php/memoires-partagees