Journée d’étude : « Au-delà du consensus patrimonial. Anthropologie des résistances aux patrimonialisations »

Les 4 et 5 novembre 2010, se tiendra à la MMSH (Aix-en-Provence) la première journée d’étude du réseau des chercheurs  sur les patrimonialisations : « Au-delà du consensus patrimonial. Anthropologie des résistances aux patrimonialisations. Anthropologie des résistances aux patrimonialisations« .

Résumé :

Nous assistons à d’importants mouvements de mise en patrimoine portés par des institutions légitimées par le pouvoir politique. Une longue tradition scientifique a mis en avant le caractère « mécanique », institutionnel et consensuel de ces processus de constructions patrimoniales par les professionnels de la conservation, de la sauvegarde et de la médiation culturelle ou de la gestion des espaces naturels, en analysant leurs pratiques, leur vocabulaire et leurs représentations. Mais un mouvement critique récent des Heritage studies élargit l’approche de ce phénomène en se penchant sur les résistances et les oppositions que de tels processus peuvent susciter. L’image consensuelle du patrimoine en tant que richesse singulière et universelle à valoriser, telle que la véhicule l’Unesco en particulier, ne résiste pas toujours à l’examen des situations concrètes des conditions sociales et historiques de sa création. Cette première journée d’étude du réseau des chercheurs sur les patrimonialisations entend participer à ce questionnement renouvelant la question des patrimonialisations.

Programme :

Jeudi 4 novembre 2010

14h00 : Accueil/Introduction

Julien Bondaz, Cyril Isnart et Anaïs Leblon

14h15 : David Berliner – Université Libre de Bruxelles

Fabriquer du patrimoine en l’absence de consensus patrimonial. Un exemple au Laos

15h15 : Isabelle Mauz – Cémagref

La dimension temporelle dans le « charisme » des animaux. Patrimonialisation, dépatrimonialisation et repatrimonialisation du bouquetin des Alpes

16H30 : Julien Bondaz – Créa et Université Lumière Lyon II

Animaux et objets marrons. Résistances à la mise en exposition dans les zoos et les musées d’Afrique de l’Ouest

17h30 : Mise en perspective : Nathalie Heinich – CRAL et Lahic

Vendredi 5 novembre 2010

9h00 : Anaïs Leblon – Cemaf et Université de Provence (Aix-en-Provence)

Résistances pastorales et enjeux patrimoniaux. Les fêtes peules du yaaral et du degal comme « chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » (Mali)

10h00 : Thomas Poméon – UMR Innovation-CIRAD et Université de Chapingo (Mexique)

De l’ordinaire au patrimoine : la qualification des fromages mexicains face à ses contradictions internes et aux résistances externes

11h15 : Olivier Givre – Créa et Université de Lyon II

Fictions et frictions patrimoniales. L’exemple du nestinarstvo (Bulgarie)

12h15 : Conclusion : Gaetano Ciarcia – Lahic, Cerce et Université de Montpellier

L’imaginaire consensuel du patrimoine à l’épreuve des inventaires

Organisation : Network of Researchers on Heritagisations

  • Julien Bondaz, Créa, Université Lyon II (Julien.Bondaz@univ-lyon2.fr)
  • Cyril Isnart, Cidehus, Universidade de Evora et Idemec, CNRS-Université de Provence (isnartc@gmail.com)
  • Anaïs Leblon, Cémaf, Université de Provence (anaisleblon@gmail.com)

Avec la participation et le soutien

  • du Cémaf (UMR 8171 Université Paris 1-CNRS-EPHE-Université de Provence),
  • du Cidehus-Universidade de Evora,
  • du Créa-Université de Lyon 2 (EA 3081),
  • de l’Ecole Doctorale « Espaces, cultures, Sociétés »-Université de Provence, de l’Idemec (UMR 6591, CNRS-Université de Provence),
  • du département du pilotage de la recherche du Ministère de la Culture.

« La maison d’Angela » au Journées Cinématographiques de Carthage 2010

Le film documentaire « La maison d’Angela » (26′) de Olfa Chakroun et Dionigi Albera est sélectionné pour les Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) fin octobre 2010.

Ancien bastion de Tunis, la Goulette a été peuplé non seulement par des Tunisiens, mais également par des Italiens, des Maltais, des Français et des Juifs de différentes origines. Pendant au moins un siècle, La Goulette a été marquée par un fort cosmopolitisme et par des relations intenses entre les diverses composantes de la population. Plusieurs formes d’échange ont touché même la vie religieuse.

Après l’indépendance, les habitants d’origine européenne et les Juifs tunisiens ont progressivement quitté La Goulette. Mais il en reste encore quelques-uns, qui ont choisi de ne pas partir.
Aujourd’hui la Goulette a profondément changé. Un nouvel urbanisme voit le jour et les  démolitions récentes ont bouleversé le vieux tissu urbain.

Ce film dresse le portrait d’Angela, une Tunisienne d’origine Sicilienne, naturalisée Française. Elle est née à La Goulette en 1936 et y a toujours vécu. En 2009, sa maison familiale est vouée à la démolition, mais elle y reste encore même si elle a déménagé ses meubles dans  un nouvel appartement.

Ses paroles retracent l’histoire de sa famille goulettoise depuis plusieurs générations, restituent la tonalité de la vie d’antan,  et révèlent le désarroi d’une vie simple meurtrie par des processus de transformation inexorables.

Un film de Olfa Chakroun et Dionigi Albera

Production : L’agence du film de Fethi Doghri