« Je me souviens… de la Méditerranée » à Aubagne, le 23 mars 2011

Les dix premiers films de la collection « Je me souviens… de la Méditerranée » seront présentés le 23 mars à 18 heures, au théâtre le Comœdia à Aubagne, dans le cadre du Festival International du Film d’Aubagne. Cette collection a été conçue par Maryline Crivello dans le cadre de l’ANR IMASUD. Ces films courts, récits de vie, témoignages de mémoires individuelles, ont été réalisés par les étudiants du Master SATIS à Aubagne, et par ceux de l’Académie libanAise des Beaux-Arts (ALBA, Université de Balamand, Beyrouth). Ils seront présentés par les étudiants de SATIS, en présence de Maryline Crivello, d’Alain Brenas (Directeur ALBA), Jacques Sapiega (SATIS). Une rencontre-discussion sur le projet et son développement en vue  d’une diffusion dans le cadre de Marseille Provence 2013 est prévue. L’entrée est libre.

Colloque international : La réinvention du « lien » en Méditerranée (Marrakech, 1-3 mars 2011)

Colloque international de l’ANR Imasud

« Suds imaginaires, imaginaires des Suds : héritages, mémoires et patrimoine en Méditerranée »

Marrakech – 1-3 mars 2011

La réinvention du « lien » en Méditerranée

Figures, formes, métamorphoses


Comment questionner la façon dont s’articulent religieux et politique, sous leur double aspect de pratiques individuelles et collectives? Quels sont les dispositifs et les formes de médiation qui ont accompagné  la volonté d’instaurer une réconciliation nationale centrée sur la remémoration des exactions vécues par les victimes ? Sur quels critères idéologiques, politiques, économiques ou touristiques s’opèrent la sélection des « objets » et des « lieux » patrimoniaux communs ? Quels rôles enfin, les médias (télévision, internet) jouent-ils dans les mises en scènes, mise en visibilité ou reconfigurations sociales et culturelles ? Peut-on fabriquer du consensus sans réactiver de nouvelles controverses et susciter des résistances ?

Les communications valoriseront les formes (figures, objets, lieux) sacrées ou profanes, les jeux d’acteurs et les discours, les processus d’exposition.

Programme:

Mardi 1er mars 2011

9h30

Accueil des participants : Mme Widad Tebaa (Doyenne de la faculté des Lettres et de Sciences Humaines de Marrakech – Université Cadi Ayyad)

Présentation de l’ANR et introduction du colloque : Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME) et Mohamed Tozy (IEP d’Aix-en-Provence – LAMES)

Session 1. Dispositifs et scénographies des réconciliations politiques et religieuses

1.1. L’expérience de l’IER au Maroc

Président de séance : Ahmed Herzenni  (CCDH)

10h10

Fadma Ait Mous (CM2S, Casablanca)

L’IER, entre la mémoire des victimes et les méandres de l’histoire

10h30

Ahmed Bendella (Université de Lausanne – CM2S, Casablanca)

Les cadres juridiques de la mémoire

10h50

Discussion

11h30

Mohamed Tozy (IEP d’Aix-en-Provence – LAMES)

Scènes de la réconciliation. Réconciliations en scène.

11h50

Badiha Nahhass (Université Hassan II-Ain Chock – CM2S, Casablanca)

Les associations de la mémoire dans le Rif et le processus de réconciliation

12h10

Discussion


Après-midi

Président de séance : Dionigi Albera (IDEMEC)

1.2. Politiques et rites de la mémoire

14h30

Yazid Ben Hounet (CJB, Rabat – LAS, Paris)

Les trois temps de la réconciliation : une ritualisation manquée ?

14h50

Antoni Segura (Université de Barcelone – Centre d’études Historiques Internationales)

La question de la mémoire historique en Espagne et en Catalogne.

15h10

Discussion

1.3. Initiatives de médiation culturelle et interreligieuse dans les années 1950

15h30

Stéphane Mourlane (Université de Provence – TELEMME)

La Sicile, lieu de médiation culturelle et creuset de la réinvention de la Méditerranée dans les années 1950

15h50

Manoël Pénicaud (Université de Provence – IDEMEC)

Un projet de réconciliation islamo-chrétienne sous le signe des Sept Dormants (1950-1962)

16h10

Discussion

1.4. Pratiques et mises en scènes contemporaines du religieux en Jordanie et au Liban

16h50

Norig Neveu (Université de Provence – EHESS, Paris)

Politiques officielles, pratiques locales : pèlerinages et patrimoine religieux en partage en Jordanie

17h10

Emma Aubin-Boltanski (EHESS – CEIFR, Paris)

Pratiquer le dialogue interreligieux au Liban : la célébration de la fête de l’Annonciation

17h30

Nour Farra-Haddad (Université Saint-Joseph, Beyrouth)

Les maisons des visionnaires au Liban: Entre cloisonnement et ouverture communautaire

18h30

Discussion


Mercredi 2 mars 2011

Session 2. Processus de patrimonialisation et réinvention du territoire

2.1. Enjeux de patrimoine : appropriation et réhabilitation

Président de séance : Mustapha Laarissa (Université Cadi Ayyad, Marrakech)

9h30

Martine Chalvet (Université de la Méditerranée – TELEMME)

« Les Parcs Nationaux en Algérie dans les années 1920-1930 : Une patrimonialisation des « Suds » ? »

9h50

Pierre Sintès (Université de Provence – TELEMME)

Enjeux de patrimoine, enjeux de mémoire dans la vieille ville de Rhodes

10h10

Discussion

2.1. Mots et mémoires de la ville : Alexandrie

10h50

Eric Gady (CEA, Alexandrie)

Alexandrie réinventée

11h10

Jean-Yves Empereur (CEA, Alexandrie)

Métonomases. Les noms des rues d’Alexandrie

11h30

Dominique Gogny (CEA, Alexandrie)

Archives personnelles, Histoire et imaginaire

11h50

Discussion

2.3. Rénovation urbaine, simulacre de lieux, espaces d’oralité

Président de séance : Jean-Yves Empereur (CEA, Alexandrie)

14h30

Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME)

La Medina Mediterranea (Hammamet-Yasmine) entre simulacre du passé et marchandisation de l’espace.


14h50

Dionigi Albera (IDEMEC)

Mémoires cosmopolites et « rénovation » urbaine. Chroniques de La Goulette avant la révolution

15h10

Abdelmajid Arrif (MMSH)

La place Jamaâ Lafna, lieu patrimonial d’une oralité inventive

15h30

Discussion

2.4. Territoires de conflit et crispations patrimoniales

16h10

Yaël Groner-Timsit (CPAF – ECJM)

Mère d’une tradition ou Mère des traditions. La tombe de Rachel dans les trois religions monothéistes à la lumière du journal du gardien juif de la tombe

16h30

Stéphanie Latte-Abdallah (Université de Provence – IREMAM)

Des lieux d’images. Regards sur les territoires de la Palestine, des camps de réfugiés et histoire d’un conflit

16h50

Discussion

17h10

Projection du documentaire : La Maison d’Angela de Olfa Chakroun et Dionigi Albera.


Jeudi 3 mars 2011

Session 3. (Mé)-tisser les regards. La Méditerranée en images

Président de séance : Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME)

10h00

Sophie Gebeil (Université de Provence – TELEMME)

Les politiques de coopérations audiovisuelles en Méditerranée (1995-2010)

10h20

Lisa D’Orazio (TELEMME)

La télévision en Corse et la construction d’une identité méditerranéenne, un défi pour l’avenir ?

10h40

Discussion

11h20

Table ronde et projections

. Projet euro-méditerranéen MedMem (Euromed-Heritage IV): archives de la Méditerranée en ligne, publics et usages ?

. Collection  universitaire (MMSH-SATIS) : Je me souviens… de la Méditerranée : un projet en devenir ?

Présentation et discussion avec : Mireille Maurice (Ina Méditerranée), Jacques Sapiéga (Université de Provence – SATIS), Sophie Geibel (Université de Provence – TELEMME), Maryline Crivello (Université de Provence – TELEMME), Stéphane Mourlane (Université de Provence – TELEMME), Pierre Sintès (Université de Provence – TELEMME), Karima Dirèche (Centre Jacques Berque, Rabat) – Manoël Pénicaud (IDEMEC).

12h20

Conclusion du colloque

Karima Direche (Centre Jacques Berque, Rabat)

Faculté des Lettres et Sciences Humaines – Amerchich – Daoudiate B.P. 2410, 40000 Marrakech

Tél. : (+212) 5 24 30 19 62 / (+212) 5 24 30 27 42 – Fax : (+212) 5 24 30 20 39

Site web de la FLSH – Marrakech : www.flm.ucam.ac.ma/

Colloque international organisé avec le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche. Appel d’offre « Les Suds aujourd’hui » (1).

Vendredi 17 décembre 2010 : « Figures du Palestinien à l’écran »

L’UMR 6570 TELEMME – Programme 4, groupe 3, « Mobilité des mémoires, Europe – Méditerranée », le Pôle Images/Sons et pratiques numériques en SHS (MMSH), en collaboration avec l’IREMAM, L’INA- Méditerranée, La Pensée de Midi et l’ANR IMASUD – « Questionner les images au Proche-Orient » (3) –

Figures du Palestinien à l’écran

Programme :

Maryline Crivello (TELEMME, Pôle Images/Sons, MMSH), présentation

Cédric Parizot (IREMAM, Pôle Euromed, MMSH), médiation

Jérôme Bourdon (Université de Tel-Aviv, CSI-École des Mines, Paris) : Les Palestiniens à la télévision française 1948-2000: un répertoire complexe.

Stéphanie Latte-Abdallah (IREMAM, MMSH) : Une histoire politique du regard. Les documents visuels sur les réfugiés palestiniens depuis 1948.

Jérôme Bourdon est l’auteur de l’ouvrage : Le Récit impossible. Le conflit israélo-palestinien et les médias, coédition De Boeck et INA, 2009. Diffusion d’extraits de son film, Israël-Palestine. L’emprise des images, 2 fois 53′, coproduction INA, La Chaîne parlementaire en collaboration avec Courrier International, 2008.

Stéphanie Latte-Addallah est l’auteur de l’ouvrage : Femmes réfugiées palestiniennes, Paris, Presses Universitaires de France, janvier 2006. Elle a dirigé le travail collectif sur Images aux frontières. Représentations et constructions sociales et politique. Palestine, Jordanie 1948-2000, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient (IFPO), 2005. Diffusion d’extraits de son film en cours de réalisation sur les réfugiés palestiniens.

Vendredi 17 décembre 2010 de 9h à 13h, salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence

Photographie : « Enfant palestinien et soldat israélien. Jérusalem-Est », 1988, J.-C. Coutausse

29-30 Novembre 2010 : Imaginaires des espaces méditerranéens

Deux chercheurs affiliés à IMASUD participeront à une rencontre organisée par Annie Benveniste au POLE MEDITERRANEE de l’Université Paris 8 (CIRCEFT), sur le thème : Imaginaires des espaces méditerranéens.

Les rencontres se proposeront de réfléchir aux espaces méditerranéens imaginés au sens où ils supposent un imaginaire créatif de références et de pratiques mobilisées par des groupes qui se rattachent à la Méditerranée par leur passé ou celui de leurs ascendants. Il ne s’agit pas d’analyser les espaces migratoires en montrant – ce qui a été fait dans beaucoup de publications – comment se transposent des pratiques et se recomposent des représentations de la Méditerranée; mais de partir d’espaces autres, d’hétérotopies dont la fonction est de représenter tout en les inversant et les contestant les espaces sociaux ou institutionnels.

Les hétérotopies, au sens de Michel Foucault – espaces qui renvoient à ceux qui y séjournent l’image d’eux-mêmes comme prise dans le miroir de l’ailleurs; espaces fonctionnant comme microcosmes et comme théâtres – ne peuvent être pensées dans leur rôle d’altérité et de réflexion d’un ailleurs ou d’une origine imaginés que si l’on interroge les rapports mémoriels que les immigrants ou leurs descendants entretiennent avec leur passé méditerranéen. Les récits d’immigration s’organisent, le plus souvent, selon le principe du muthos, terme que Ricœur emprunte à Aristote et qui désigne le processus de mise en intrigue. Le retour au passé repose sur l’organisation de cette mise en intrigue, fondée à la fois sur l’oubli ou le travestissement des faits historiques et sur l’instauration d’un ordre non chronologique. Dans l’analyse que fait Ricœur de la mimesis-muthos d’Aristote, la première, « imitation créatrice », se trouve définie par le second, « agencement des faits en système », où ce qui compte ce n’est pas l’histoire (history) mais l’intrigue (story).

Ce mode de temporalité conçue, non comme une division entre passé, présent et avenir mais à partir d’un présent qui condense les autres dimensions du temps explique que les rapports à l’espace de l’immigration ne soient pas réductibles à une simple reproduction ou permanence du passé. Les espaces imaginés sont construits à partir d’une position dans le présent. Ils sont compatibles avec des modes de spatialités à la fois fragmentées – en lien avec des constructions fragmentées de l’identité – et totalisantes, parce qu’elles juxtaposent une série d’appropriations. Parmi ces dernières, on peut compter un certain nombre de pratiques qui relèvent de la globalisation. Les phénomènes de globalisation ont généralisé et standardisé un certain nombre de productions matérielles ou symboliques – culinaires, musicales ou picturales et souvent associées au religieux. Mais elles ne se déploient que dans des espaces spécifiques, rendus possibles par le repli sur le local, lié à la globalisation.

Université Paris 8 : 2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis Cedex – Salle G-2

« La maison d’Angela » au Journées Cinématographiques de Carthage 2010

Le film documentaire « La maison d’Angela » (26′) de Olfa Chakroun et Dionigi Albera est sélectionné pour les Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) fin octobre 2010.

Ancien bastion de Tunis, la Goulette a été peuplé non seulement par des Tunisiens, mais également par des Italiens, des Maltais, des Français et des Juifs de différentes origines. Pendant au moins un siècle, La Goulette a été marquée par un fort cosmopolitisme et par des relations intenses entre les diverses composantes de la population. Plusieurs formes d’échange ont touché même la vie religieuse.

Après l’indépendance, les habitants d’origine européenne et les Juifs tunisiens ont progressivement quitté La Goulette. Mais il en reste encore quelques-uns, qui ont choisi de ne pas partir.
Aujourd’hui la Goulette a profondément changé. Un nouvel urbanisme voit le jour et les  démolitions récentes ont bouleversé le vieux tissu urbain.

Ce film dresse le portrait d’Angela, une Tunisienne d’origine Sicilienne, naturalisée Française. Elle est née à La Goulette en 1936 et y a toujours vécu. En 2009, sa maison familiale est vouée à la démolition, mais elle y reste encore même si elle a déménagé ses meubles dans  un nouvel appartement.

Ses paroles retracent l’histoire de sa famille goulettoise depuis plusieurs générations, restituent la tonalité de la vie d’antan,  et révèlent le désarroi d’une vie simple meurtrie par des processus de transformation inexorables.

Un film de Olfa Chakroun et Dionigi Albera

Production : L’agence du film de Fethi Doghri

Mémoires, patrimoines et politiques: quand l’histoire s’en mêle

L’ANR Imasud et le programme 4 de l’UMR 6570 TELEMME , « Mobilités des mémoires » organisent leurs rencontres d’été les 24 et 25 juin 2010 à la MMSH (Aix-en-Provence, salle PAF)

PROG ANR 24 – 25 juin2010

L’édition électronique ouverte: changement de paradigme?

L’édition électronique ouverte : changement de paradigme?

Dans le cadre de l’exploitation des recherches d’Imasud par l’édition électronique et des débats du Pôle Images-Sons de la MMSH, Conversations sur le numérique, cette conférence est une collaboration active avec l’Université d’été organisée par le CLEO (15 septembre 2009)

« Imesta Griki » – Projection, débat et concert à Lausanne

Imesta Griki

IMESTA GRIKI – MEMOIRES DE LA LANGUE GRECQUE EN ITALIE DU SUD
Lieu et date : Foyer de la Grange de Dorigny Lausanne, 3 juillet 2009
Projection, débat et concert
Organisé par: Salvatore Bevilacqua et Mirko Bischofberger

Description du projet :
Imesta Griki – Mémoires de la langue grecque en Italie du Sud est un projet de manifestation culturelle publique sans but lucratif qui a pour but de faire connaître la réalité culturelle des minorités hellénophones vivant dans le Sud de l’Italie. Localisées dans le Salento (Pouilles) et dans l’Aspromonte (Calabre), ces communautés sont les héritières d’une langue dont l’origine demeure controversée mais qui remonterait, selon certains spécialistes, à Homère… Parlée par des populations rurales jadis très isolées, cet idiome est représenté par deux groupes principaux nommés griko aux  Pouilles et grecanico en Calabre. Ces « dialectes » ont traversé les siècles par simple transmission orale (notamment grâce au chant et à la poésie populaires) et sont classés aujourd’hui par l’UNESCO dans le registre des langues sérieusement en danger. Tombés en désuétude, leur destin suit, malgré une prise de conscience récente, la disparition rapide de la population vieillissante gardienne de ce patrimoine linguistique. Reconnue officiellement depuis 1999 par l’Etat italien, cette minorité hellénophone connaît un éveil culturel original attirant l’attention d’intellectuels et d’artistes du monde entier. Dans la Grecìa salentina (Pouilles) notamment, cette « renaissance » se manifeste par une politique locale de revitalisation culturelle qui stimule la création artistique (musique et chanttraditionnels, poésie, mais aussi arts de la scène et visuels).

Pour en savoir plus…